Graham Hughes/THE CANADIAN PRESS Alexandre Goyette et Maude Guérin

C’est Feux qui a brillé hier au 32e gala des prix Gémeaux. Pour sa première saison, la série a été récompensée tant pour son texte que ses premiers rôles, en plus de gagner le prix de la Meilleure série dramatique.

«On est tellement contents, on ne pouvait pas demander plus, a simplement laissé tomber le producteur André Dupuy après avoir récolté le quatrième trophée. C’est trois en trois pour Serge Boucher.» En effet, l’auteur avait remporté, durant l’après-midi, le prix pour le Meilleur texte d’une série dramatique.

Il faut dire que la soirée avait bien commencé pour Feux quand la «parfois intense» Maude Guérin, comme elle le dit elle-même, a reçu la statuette pour le Premier rôle féminin dans une série dramatique. «Je pensais pas que c’était au début. J’ai fait un saut, a affirmé la comédienne, très émue d’avoir gagné son premier Gémeaux. C’est un immense bonheur de jouer un rôle comme Claudine.»

Son partenaire Alexandre Goyette a su faire mentir le «petit gros roux de 13 ans qui pense qu’il n’a pas sa place dans ce métier», qui se trouve toujours au fond de lui, en étant lui aussi récompensé pour son premier rôle. Celui-ci s’est amené sur scène après un sketch où les filles des Simone, qui est «un peu comme Barmaids mais avec un secondaire», jouaient à marry, kill, f*** avec les nommés et Élizabeth Lapierre (Karine Gonthier-Hyndman), qui ne comprend pas que «c’est un personnage» que les comédiens jouent. Cette présentation n’a pas charmé la salle, et Anne-Élisabeth Bossé est passée prestement à la remise du prix par la suite.

Selon leurs propres dires, Jean-Philippe Wauthier et Éric Salvail ont été rappelés parce qu’ils ont «fait une bonne job» l’an dernier. Sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé, ils ont donc récidivé avec une animation plus caustique que ce à quoi on est habitués au Québec, tirant sur leurs cibles favorites : Véronique Cloutier, Julie Snyder et eux-mêmes.

«Occupation double passe à V, le Beach Club s’en va à TVA.» –Éric Salvail –«Il va y avoir du douchebag de mélangé cet automne.» –Jean-Philippe Wauthier

Peut-être s’attendait-on à ce qu’ils nous étonnent encore, mais après le numéro d’ouverture beaucoup de blagues sont tombées à plat. Leur meilleur moment a probablement été la parodie de Plan B, dans laquelle les deux animateurs sont retournés dans le passé pour avertir Julie Snyder que TVA la laisserait tomber et détruire le cellulaire de Patrick Lagacé. Notons la place laissée à une véritable improvisation dans laquelle on a demandé à des conjoints de vedettes, «Mme José Gaudet et M. Guylaine Tremblay», de présenter un prix parce qu’il «faut lire sur l’écran», donc «c’est un métier ben facile».

Pier-Luc Funk a volé la vedette pour les meilleurs remerciements après avoir gagné le Gémeaux du Meilleur premier rôle masculin dans une série dramatique annuelle. «Hé minou. J’étais nommé contre Guy Nadon. J’en reviens pas; Guy Nadon te postillonne dessus et t’obtiens un diplôme d’école de théâtre», a dit celui qui devient à 23 ans le plus jeune gagnant dans cette catégorie.

«Merci de m’avoir fait confiance pour un rôle de méchant quand j’ai la shape d’une ballerine. Merci à la vieille madame qui m’a donné un coup de poing dans le chest en disant : “Toi, je t’haïs.”» –Pier-Luc Funk

Le moment le plus touchant a été l’ovation de la foule à Véronique et François, protagonistes de la docuréalité de Jean-Marie Lapointe Face à la rue. «Il y a six mois, Véro était dans la rue et François continue à faire sortir des gars de la rue tous les jours», a fait remarquer Jean-Marie Lapointe aux côtés des deux comparses, très émus.

Juste après qu’on a accueilli sur scène près d’une centaine d’artisans de District 31 pour leur remettre le prix Jean-Besré, «parce qu’ils sont seuls dans leur catégorie», André Robitaille a adopté un ton plus solennel quand il a remporté le prix de la Meilleure animation : émission ou série d’entrevues ou talk-show pour Janine Sutto, à sa manière. «Je suis touché. Je veux qu’on sache que ce moment-là, on le doit à Janine. C’était son idée qu’on ait cette entrevue», a-t-il dit avant de demander aux autorités de se «grouiller» pour «nommer un lieu de culture au nom de Janine». Une idée chaudement applaudie.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!