Twentieth Century Fox En plus d’avoir réalisé Murder on the Orient Express, Kenneth Branagh y joue le rôle d’Hercule Poirot.

La célèbre moustache d’Hercule Poirot, cette fois portée (avec panache, disons-le) par Kenneth Branagh, est de retour au grand écran.

En plus d’enfiler le costume du meilleur détective au monde (c’est le personnage qui le dit), Branagh a réalisé la plus récente adaptation cinématographique du classique d’Agatha Christie Murder on the Orient Express, en salle dès demain.

L’acteur et réalisateur britannique confère sa touche toute shakespearienne au célèbre roman policier, pour le meilleur et pour le pire. L’amour du grandiose de Branagh sert bien le côté visuel de Murder of the Orient Express.

Le réalisateur a d’ailleurs choisi de tourner en 65 mm, ce qui ne fait qu’ajouter à la profondeur des plans, autant à l’intérieur du train (construit en entier spécialement pour le film) qu’à l’extérieur. Le sentiment de claustrophobie et le malaise qu’on peut ressentir dans un endroit exigu, entouré par des inconnus (surtout quand on sait que l’un d’entre eux est un meurtrier) sont parfaitement rendus par l’œil de Branagh.

S’il passe le test visuel haut la main, le Britannique s’empêtre un peu dans le ton. Quelques passages inutilement mélodramatiques nous font parfois oublier l’intrigue brillamment ficelée par Christie.

Le problème est justement là. Le film manque de mystère. Branagh semble davantage intéressé à décortiquer l’obsession de son personnage pour l’équilibre qu’à livrer
un whodunnit (comme diraient nos amis anglos) divertissant. On passe beaucoup de temps à voir la vision manichéenne du détective belge être remise en question, et pas assez avec les personnages, tous suspectés du meurtre d’un de leur compagnon de voyage.

Distribution canon
En plus du visuel, la distribution est l’autre point fort du film. Branagh, l’acteur, est tout à fait à l’aise dans le rôle de Poirot (sauf peut-être pour l’accent). On le rencontre pour la première fois dans un hôtel de Jérusalem où il attend patiemment son petit déjeuner (les œufs doivent absolument être de la même grosseur). Il s’emploie ensuite à élucider un crime impliquant un imam, un prêtre et un rabbin (oui, on dirait la prémisse d’un mauvais gag) au pied du Mur des Lamentations.

L’introduction n’est pas sans rappeler les films de superhéros ou de James Bond, où l’on voit le protagoniste accomplir une prouesse ou résoudre d’emblée un conflit, avant de s’attaquer à l’intrigue principale.

Le film prend tout son sens une fois que nous arrivons à bord de l’Orient-Express. La veuve croqueuse d’hommes (Michelle Pfeiffer), la princesse (Judi Dench), le médecin (Leslie Odom Jr), le majordome (Derek Jacobi), pour ne nommer que ceux-là, rivaliseront de flamboyance pour attirer l’œil du spectateur. Ils réussissent, en dépit du peu de temps qui leur est consacré.

Sans les quelques excès de mélancolie de Branagh, Murder on the Orient Express aurait valu le détour, au moins pour les amateurs du genre. Toutefois, même si le résultat est mitigé et que la plupart des gens connaissent déjà l’histoire, le plaisir de découvrir le, la ou les coupables demeure entier.

Murder on the Orient Express sort en salle vendredi.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!