Les Films Séville Le trip à trois, réalisé par Nicolas Monette, sortira en salle le 20 décembre.

Estelle voit le chiffre trois partout. Trois formats de poutine au restaurant. Sa fille porte le chandail numéro 3. Elle se réveille à 3h du matin. Le seul trois qu’elle ne voit pas (tout de suite), c’est Le trip à trois.

Mélissa Désormeaux-Poulin incarne ladite Estelle, protagoniste de cette nouvelle comédie québécoise qui arrivera sur grand écran le 20 décembre. Estelle est on ne peut plus ordinaire («plate», lui diront ses amies): c’est une maman de 34 ans, mariée depuis 10 ans à Simon (Martin Matte), qui se démène dans un travail où sa boss lui en fait baver un sacré coup.

Le film raconte la crise de la trentaine d’Estelle, qui décide de mettre du piquant dans son couple. Lors d’une soirée très arrosée avec ses chums de filles (jouées par les divertissantes Bénédicte Décary, Geneviève Schmidt et Anne-Élizabeth Bossé), elle prend une décision qui chamboulera sa vie: elle va s’organiser un trip à trois. Sans son chum. Le fera-t-elle, le fera-t-elle pas? Les paris sont ouverts…

Rencontrés avant la 
première médiatique du film, Mélissa Désormeaux-Poulin et Martin Matte, dont la complicité est évidente, tant dans le film que dans la vraie vie, sont tous les deux d’accord: «Il y a bien des gens qui vont se reconnaître ou reconnaître quelqu’un» dans ce film, explique celui qui incarne Simon. «Moi, je la connais, Estelle», avoue Mélissa Désormeaux-Poulin.

«Dans une salle, c’est sûr qu’il y a au moins une personne qui va être touchée par un drame. La comédie, quand ce n’est pas drôle, il n’y a personne qui rit. Tu le sens tout de suite. C’est très difficile.»— Martin Matte

En effet, plusieurs personnes se sentiront peut-être visées lorsqu’elles entendront le personnage principal déclarer sans grande conviction: «Je ne suis pas plate, je suis 
responsable.» Ouch!

Mais l’interprète d’Estelle se veut rassurante: «Elle n’est pas plate, elle est beige parce qu’elle s’est oubliée. Elle veut plaire à tout le monde, pis un moment donné, quand tu veux plaire à tout le monde, tu t’oublies. Tu oublies ton essence.»

Jouer ce personnage comique a été tout un défi pour celle qu’on connaît surtout pour ses rôles dramatiques, comme dans Ruptures et Mensonges, par exemple.

«Je suis sortie de ma zone de confort. C’était vraiment très agréable. J’aime ça, me lancer des défis, et ça, c’en était un. Je me posais toujours des questions. J’ai appris beaucoup. Je ne la maîtrise pas du tout, mais j’ai compris la mécanique de la comédie. J’aimerais ça en faire plus.»

Et que pense Martin Matte, habitué de la comédie, de la performance de sa collègue? «Mélissa, c’est une première de classe. Elle est préparée, elle joue bien, elle a beaucoup d’énergie, elle prend ça à cœur. C’est une très belle performance. Quelqu’un qui joue bien, ça te tire vers le haut. Moi, ça m’a fait ça.»

De son côté, Martin Matte, qui joue le mari d’Estelle, a été surpris qu’on lui offre ce rôle. C’est un personnage «un peu plus mou, un peu plus éteint» que ce qu’il joue habituellement.

Et Mélissa Désormeaux-Poulin lui faisait remarquer qu’il a l’habitude d’écrire ses propres dialogues, comme dans Les beaux malaises, alors que ceux du Trip à trois sont signés Benoit Pelletier. Un défi supplémentaire pour l’acteur comique, qui avait souvent envie de pousser la note un peu plus loin.

«Il y a beaucoup de scènes qui avaient un potentiel comique fort; ne pas aller là, je trouvais ça difficile des fois. Le réalisateur avait sa vision du film, et moi je le suivais. Ç’a été un gros défi de dire: “OK, c’est toi qui as le film en tête.”»

Résultat? Un film «qui fait se sentir bien», que les deux acteurs ont eu beaucoup de plaisir à tourner ensemble. Les deux en retiennent la même leçon : le couple doit «s’écouter et ne pas lâcher l’autre», affirme Mélissa Désormeaux-Poulin.

«S’écouter oui, mais aussi se confronter. Ne pas avoir peur de faire une mise au point, de se parler», ajoute Martin Matte.

Soyez assurés d’une chose: 
ce film-là va alimenter des conversations pendant le temps des Fêtes.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!