Thierry du Bois / Cosmos Image collaboration spéciale Dance Me est présenté jusqu’à demain au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

Cette semaine, Métro craque pour Dance Me, Ma petite boule d’amour, Montréal Raclette Party II, Les aventures du Pharmachien, Frances McDormand, Dérapages poétiques, vol.1 et Revue et corrigée 2017.

1. Dance Me

On associe souvent Cohen à des pièces comme Hallelujah et So Long, Marianne. Pourtant, Cohen, c’est aussi des morceaux comme Future, où ce n’est plus la fameuse «crack in everything» que le poète des poètes chante, mais plutôt «give me crack». Ou la bien nommée Don’t Go Home with Your Hard-On du mal aimé Death of a Ladies’ Man, album produit par Phil Spector, où les instruments de fanfare explosent de partout. Avec Dance Me, les Ballets Jazz de Montréal font le pari de sortir des sentiers plus torturés, les chorégraphies s’adaptant autant aux paroles du gigantesque artiste qu’à ses sonorités. Ainsi First We Take Manhattan, hymne paru en 1988, tout juste avant la chute du Mur, est imprégné de l’esprit eighties dans les gestes, les éclairages, les tenues. Sinon, dans les chorégraphies du Grec Adonis Foniadakis, de la Belgo-Colombienne Annabelle Lopez Ochoa et du Britannique Ishan Rustem (choix qui rappelle l’universalité de l’œuvre du plus classe des Montréalais), on trouve la sensualité de Suzanne, l’humour de Tower of Song, la séduction de I’m Your Man, la mélancolie de Famous Blue Raincoat. Sans oublier les deux éternels classiques susmentionnés (Hallelujah et So Long…), interprétés uniquement par des chanteurs. Éclair original : le solo frénétique exécuté sur les applaudissements qu’on entend sur l’album Live in London. On applaudit l’idée, l’inventivité des Ballets Jazz et la performance, tout au long de cet hommage, de Céline Cassone, d’une flexibilité, d’une force, d’une féminité, d’une grâce, d’une présence hallucinantes. Jusqu’à samedi au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.(Natalia Wysocka)

2. Ma petite boule d’amour
Tout en musique et en poésie, Jasmine Dubé a transposé le conte qu’elle avait publié aux Éditions de La Bagnole en 2013 sur la scène de la Maison Théâtre. C’est avec une joie sincère que les enfants renouent avec le gros ours brun, l’ourson blanc, la mouche Tsé-Tsé et les mots touchants de l’auteure. Coup de cœur pour les décors ingénieux, qui se transforment au fil du récit. À la Maison Théâtre jusqu’au 7 janvier 2018. (Jessica Dostie)

3. Montréal Raclette Party II
Ce soir, la Savoie sera à l’honneur à la Place du Marché. Le Village de Noël organise à partir de 16 h le Montréal Raclette Party II avec, à 18h, la projection des Bronzés font du ski. Ce film mythique met à l’affiche la bande du Splendid (Thierry Lhermitte, Josiane Balasko, Christian Clavier, Gérard Jugnot…), qu’on voit aussi dans Les Bronzés et Le père Noël est une ordure. Une occasion sympa de (re)découvrir Jean-Claude Dusse, éternel dragueur-loser, et de comprendre pourquoi les Français chantent «Quand te reverrai-je, pays merveilleux?» sur un remonte-pente. Au coin Saint-Ambroise et Atwater (métro Lionel Groulx), 12 $ l’assiette. (Baptiste Barbe)

4. Les aventures du Pharmachien

Le «casseux de party en chef», alias le Pharmachien, alias Olivier Bernard, revient avec une série d’émissions toutes aussi percutantes les unes que les autres. Le pot médical est-il miraculeux? Les OGM menacent-ils la santé? Y a-t-il des abus avec le TDAH? Divulgâcheur : si vous avez répondu NON à ces trois questions, vous allez bien vous entendre avec le Pharmachien. Les autres devront quand même admettre que le traitement journalistique est équilibré et que l’insertion d’images d’animation permet adroitement d’absorber la quantité d’information transmise. À consommer sans respecter la posologie. Sur les ondes de ICI Explora, le vendredi à 19 h 30  (Mathias Marchal)

5. Frances McDormand

Vingt ans après Fargo, la petite grande dame du cinéma indépendant américain refait le coup. Elle crève de nouveau l’écran dans Three Billboards Outside Ebbing, Missouri, où elle incarne une mère frondeuse, prête à tout pour obtenir justice après le meurtre de sa fille. Entourée d’une distribution impeccable (Woody Harrelson et Sam Rockwell en particulier), McDormand porte sur ses épaules cette comédie noire sur les démons qui ronge l’Amérique profonde. On risque assurément de la revoir lors de la saison des galas. En salle. (Benoit Valois-Nadeau)

6. Dérapages poétiques, vol.1
«Nobody has more respect for women than I do [Personne n’a plus de respect pour les femmes que moi]», disait Donald Trump pendant la campagne présidentielle de 2016, alors qu’il était visé par des allégations d’agressions sexuelles. Cette déclaration de celui qui est devenu président américain fait partie des quelque 200 citations qui se retrouvent dans le recueil Dérapages poétiques. Ses auteurs veulent ainsi montrer comment ceux qui prennent la parole en public se mettent un pied dans la bouche et appellent le grand public à «cesser de gober ces mots comme s’ils allaient de soi». En parcourant le recueil, le lecteur croulera de rire, s’indignera ou fulminera, tant les paroles rapportées sont bêtes. Il ne pourra rester indifférent devant la façon dont certaines personnalités le prennent pour une valise… En librairie aux éd. Atelier 10. (Marie-Ève Shaffer)

7. Revue et corrigée 2017

Exceptionnelle. Drôlissime. Sublime. Je cherche, mais je ne trouve pas d’autres adjectifs pour qualifier cette nouvelle Revue et corrigée au théâtre du Rideau-Vert. Des sketchs, des imitations, des parodies, des chants : toute la panoplie habituelle est au rendez-vous de ce moment exquis de rires autour de textes brillamment écrits. Je ne vous dévoilerai rien (même si j’en meurs d’envie), mais attendez-vous à voir (c’est pas un secret) les personnages et événements qui ont marqué l’année (Denis Coderre, la Formule E, les cônes orange, Céline Dion et plein d’autres). Sans oublier de multiples références bien senties aux allégations sexuelles qui ont bouleversé le milieu culturel (et les auteurs ont eu les c… d’aborder le sujet dans de savoureux numéros)! Ah oui, et ne ratez pas le final. Justin Trudeau se dandinant sur Despacito, c’est PHÉ-NO-MÉ-NAL. Oups, j’en ai un peu trop dit… Au théâtre du Rideau-Vert jusqu’au 6 janvier. (Romain Schué)

On se désole pour…

 

Les répétitions à ICI Radio-Canada Première

La Première Chaîne de Radio-Canada a repris du poil de la bête au cours des dernières années, mais quelques irritants demeurent, en premier lieu la répétition de sujets d’une émission à l’autre. Dernièrement, la nouvelle série documentaire de Ken Burns The Vietnam War a fait l’objet de longues discussions à Plus on est de fous, plus on lit, Médium Large et L’heure du monde, tout cela en l’espace de quelques jours. On comprend que l’actualité est la même pour tout le monde, mais un peu de concertation permettrait d’éviter aux fidèles auditeurs du 95,1 d’entendre sans cesse parler des mêmes sujets à longueur de journée. (Benoit Valois-Nadeau)

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!