Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Noël de Lindsey Stirling, Sia, The Lost Fingers, David Ian, Katherine Penfold et Emilie-Claire Barlow.

Ça fait changement
Lindsey Sterling
Warmer in the Winter
Note:

Warmer in the Winter pourrait devenir mon nouvel album de Noël favori! Tasse-toi de là, Michael Bublé! Cette merveilleuse offrande festive est l’œuvre de la jeune violoniste pop Lindsey Stirling, qui s’est rendue en quart de finale lors de la cinquième saison d’America’s Got Talent. Ce quatrième album studio comprend 10 reprises de classiques du temps des Fêtes (dont la vraiment très chouette Dance of the Sugarplum Fairy de Tchaikovsky dans Casse-Noisette et Let it Snow) et trois pièces originales très pop et, ma foi, vraiment bien (surtout la chanson-titre). Si vous avez le goût de quelque chose de différent cette année, procurez-vous cet album rafraîchissant (ou plutôt qui réchauffe)!

– Rachelle McDuff

HoHoHo PopPopPop
Sia
Everyday is Christmas
Note:

Excès de grelots, de sucre, de magie, du mot «baby». Ça pourrait être absolument insupportable. C’est au contraire franchement adorable. Après son Chandelier, Sia allume les lumières de Noël le temps d’un album composé de 10 compos originales, écrites avec Greg Kurstin. Et elle le fait en y allant à fond dans l’esprit des Fêtes. Mais vraiment à fond, façon carte de souhaits Hallmark. Ainsi, la popstar australienne accueille, comme il se doit, le père Noël en ville. Puis, elle prie un bonhomme de neige de ne pas pleurer, parce que, n’est-ce pas, il pourrait se transformer en flaque d’eau. Elle convie aussi ses amis, Ho Ho Ho, à célébrer sur un morceau alcoolisé aux accents de eggnog bien épicé. Tant qu’à faire un disque de Noël…!

– Natalia Wysocka

Noël sous le soleil
The Lost Fingers
Coconut Christmas
Note:

Si vous allez passer le temps des Fêtes sous le soleil des Tropiques, voilà un CD à écouter en boucle, les pieds dans le sable, piña colada à la main. The Lost Fingers, qu’on connaît bien pour ses compositions jazz et swing, propose cette fois-ci des classiques de Noël revisités d’une façon exotique ainsi que quelques compositions originales qui leur ressemblent. Blue Christmas prend un tout autre sens, puisqu’on s’imagine l’écouter face à une mer bleue, alors que God Rest You Merry Gentlemen a des accents indiens qui donnent envie de se faire aller le bassin. C’est un album gorgé de chaleur et de soleil, qui réchauffera même les cœurs les plus enneigés

– Virginie Landry

Chics classiques
David Ian
Vintage Christmas Trio
Note:

Provenant de la scène rock, le pianiste canadien d’origine arménienne David Ian se plaît aussi à tâter de la musique de Noël. Vintage Trio Christmas est son troisième opus du genre et la formule fonctionne à merveille, même si elle n’est pas particulièrement originale. En effet, difficile de ne pas penser à A Charlie Brown Christmas, de loin le meilleur album jazz instrumental de Noël de tous les temps (tenez-le vous pour dit!) en écoutant Ian et son trio jazz. Le résultat final est cependant très agréable, et vous risquez même d’avoir envie de l’écouter après le 25 décembre, notamment en raison du doigté léger, mais précis du pianiste.

– Benoit Valois-Nadeau

Convenu
Katherine Penfold
Keep Christmas with you
Note:

Avec son album Keep Christmas with You, la chanteuse néo-écossaise Katherine Penfold ne réinvente pas la roue. Elle s’attaque à des classiques comme Let It Snow, Santa Claus Is Coming To Town et It’s The Most Wonderful Time Of The Year, en y ajoutant une touche de jazz. La voix de la belle, qui présente un registre étendu, et les arrangements donnent de nouvelles couleurs à des airs connus, mais rien pour être dépaysé. Malgré tout, l’album demeure agréable aux oreilles pour le temps des Fêtes.

– Marie-Ève Shaffer

Lost in translation
Emilie-Claire Barlow
Lumière d’hiver
Note:

Il y a un côté cruel à critiquer un artiste anglophone qui fait l’effort de chanter un album en français (un album de Noël de surcroît). Mais désolé, Lumières d’hiver, d’Émilie-Claire Barlow ne passe pas. Pourquoi? Parce qu’on a parfois l’impression que l’artiste ontarienne peine à comprendre ce qu’elle chante. Autant les quelques titres en anglais de cet album aux airs jazzy sont irréprochables, autant leurs homologues frenchy manquent souvent de fluidité. Sauf quand elle se fait accompagner d’artistes québécoises comme
Mitsou et Ingrid St-Pierre. Merci, mais No, Thanks!

– Mathias Marchal

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!