Métropole Films Distribution Timothée Chalamet est né à New York d’un père français et d’une mère américaine. /

Malgré ses airs de jeune premier, l’acteur américain d’origine française Timothée Chalamet est loin d’être un débutant au grand écran.

Celui qui est en lice pour l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans le film Call Me By Your Name a amorcé sa carrière à l’écran il y a déjà 10 ans dans le court métrage d’horreur Sweet Tooth.

À 22 ans, il accumule les projets à une vitesse folle. En 2017 seulement, il a vu quatre de ses projets aboutir à l’écran, dont deux sont nommés pour l’Oscar du meilleur film: Lady Bird et Call Me By Your Name. Il a également tenu l’affiche dans Hostiles, Beautiful Boy et A Rainy Day in New York, dont la sortie a été retardée en raisons des accusations portées contre le réalisateur Woody Allen.

Métro s’est entretenu avec cette vedette montante à propos de son succès soudain et de sa nomination aux Academy Awards.

Comment arrivez-vous à gérer les émotions reliées à votre nouvelle célébrité?
On dirait un tourbillon sans fin, la publicité et les entrevues s’enchaînent l’une après l’autre [rires]. Parfois, j’ai l’impression d’être dans un rêve et que je vais finir par me réveiller dans ma chambre. C’est un moment assez fou dans ma vie, mais j’ai la chance de rencontrer beaucoup de gens que j’admire et j’apprends beaucoup en les côtoyant.

Vous avez obtenu vos premières nominations pour un Golden Globe puis un Oscar. Cela vous effraie-t-il parfois?
J’ai eu peur à plusieurs moments [rires], mais je me dis que j’ai travaillé très fort pendant des années et que c’est la récompense pour tous les sacrifices que j’ai faits pour me rendre où je suis
en ce moment. Je comprends qu’il y a des conséquences qui viennent avec le fait d’être mis en nomination et de rejoindre un plus large public.

De qui avez vous reçu les meilleurs conseils?
J’ai reçu plusieurs commentaires sincères de gens que je respecte, mais je pense qu’Armie Hammer [son partenaire dans Call Me By Your Name] m’a donné le meilleur: «La carrière d’un acteur est faite de hauts et de bas. Tu auras amplement le temps de tomber et de te relever.» Je vis la célébrité, mais j’apprécie aussi mes moments de solitude, qui m’apportent le recul et la tranquillité nécessaires pour traverser ce tourbillon.

Votre personnage d’Elio Perlman dans Call Me By Your Name a beaucoup de cœur. Comment l’avez-vous bâti avant d’amorcer le tournage?
Elio est une véritable représentation de l’amour, avec ses peurs, ses peines et ses joies. J’ai dû apprendre l’italien et le piano. J’ai passé beaucoup de temps avec Armie pour que notre relation soit naturelle. C’est un être exceptionnel qui m’a aidé à être à l’aise dans toutes les scènes.

«Ça me confirme que je suis sur le bon chemin.» – Timothée Chalamet, comédien à propos de ses nominations aux Golden Globes et aux Oscars

Le fait d’aborder la question de l’homosexualité était-il un enjeu pour vous?
Lorsque j’ai lu le scénario, l’histoire m’a touché, parce qu’elle était à la fois forte et sensible. Raconter une histoire qui porte sur les préjugés associés à l’homosexualité dans un contexte historique [le film se déroule en 1983] pourrait prêter à la critique, mais ça porte surtout sur un certain éveil à la sexualité. Je crois que l’adolescence est une période d’expérimentation qui marque chacun de nous. C’est ce que le film explore.

Craignez-vous la célébrité?
Je ne dirais pas que j’ai peur, mais je crains tout de même de tomber dans certains pièges, d’être aveuglé par la gloire et de succomber à certaines tentations. Ce métier peut vous amener beaucoup de bonnes choses, mais il peut aussi vous faire tomber bien bas.

Que pensez-vous de la campagne contre le harcèlement à Hollywood, plus particulièrement contre Woody Allen?
Des voix doivent s’élever contre les injustices, mais je ne désire pas commenter l’affaire Woody Allen.

Présentement en salle

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!