Radio-Canada

Même si le succès de sa carrière a confondu les sceptiques, la journaliste sportive Chantal Machabée n’a pas échappé au torrent de commentaires sexistes et haineux. De passage à Tout le monde en parle (TLMEP), dimanche, pour discuter de la sortie de sa biographie Chantal Machabée: Désavantage numérique, la pionnière du sport est revenue sur les moments difficiles et forts qui ont marqué son parcours.

«[Les commentaires qui me visent encore aujourd’hui] sont très heavy, a admis la journaliste. C’est très vulgaire et méchant. On me traite de salope, [on me dit] que je dois coucher avec les joueurs, que je ne connais rien, que je suis trop vieille.» Et, incidemment, explique Mme Machabée, les insultes semblent pleuvoir à certains moments en particulier. «Ces commentaires-là, je les ai quand le Canadien connaît une série de défaites», a-t-elle ajouté.

Elle a d’ailleurs confié qu’elle avait souvent été traitée différemment de ses collègues masculins. «Un gars, ça connaît le sport, donc les défauts, ça passe. Toi, il faut que tu sois parfaite», s’est fait dire la journaliste, qui a dû se faire poser des broches pour corriger son sourire au début de sa carrière à RDS.

Celle qui a vu naître le Réseau des sports, en 1989, a d’ailleurs expliqué qu’elle s’imposait une «ligne de conduite stricte», mais qu’un joueur de hockey en particulier lui avait longtemps fait des avances. «Ma carrière vaut plus que 30 secondes de frissons», avait-elle alors rétorqué.

Deux hommes d’exception
La journaliste sportive est revenue sur son admiration pour le légendaire Guy Lafleur, qu’elle attendait, bien avant sa carrière, après presque chaque match de hockey pour faire signer des autographes. «C’était une idole extraordinaire», s’est-elle exclamée. «Pour moi, c’est un dieu». Elle a finalement pu s’entretenir avec l’athlète dans le cadre de sa carrière à RDS. «Je perdais mes moyens, a ajouté Mme Machabée. C’était un grand moment pour moi.»

La journaliste sportive dédie un chapitre entier de sa biographie à l’ancien entraîneur du Canadien de Montréal et commentateur sportif Jacques Demers, qui a fortement marqué sa carrière, nous a-t-elle appris à TLMEP. «On réussit à communiquer ensemble. Il démontre énormément de résilience», a-t-elle ajouté à propos de l’homme qui a été victime de deux AVC et qui ne peut plus parler.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!