Cette semaine, Métro craque pour le documentaire RGB, la prestation de Joaquin Phoenix dans le film You Were Never Really Here, les livres Montréal bleu, 2800 minutes, L’allégorie des truites arc-en-ciel et 25 mythes à déboulonner en politique québécoise, de même que pour l’album Be More Kind. Et le départ de Fred Savard de l’émission La soirée est (encore) jeune nous désole profondément.

1. RGB
Elle a 85 ans, est haute comme trois pommes, fait des pompes plusieurs fois par semaine et défend les droits des femmes avec un mélange de délicatesse et de force morale implacable. Devenue un phénomène viral en raison de ses avis discordants et de ses prises de position contre le président Trump (on la surnomme avec raison Notorious RBG), Ruth Bader Ginsburg, deuxième femme à siéger à la Cour suprême des États-Unis, est l’objet du très intéressant documentaire RBG. Si le film de Julie Cohen et Betsy West emprunte une forme assez classique, il donne un excellent aperçu de l’ampleur du travail accompli pour l’égalité des sexes par cette femme exceptionnelle en plus de 60 ans de carrière. Mieux, il lève aussi le voile sur cette personnalité attachante qui a connu une vie hors norme. À l’affiche dès aujourd’hui au Cinéma du Parc et au Cinéplex Forum. (Benoit Valois-Nadeau)

2. L’allégorie des truites arc-en-ciel
Dans ce récit contemporain à deux voix campé dans la Basse- Ville de Québec, Cam et Max racontent tour à tour leur amitié compliquée flirtant avec l’amour. Oser franchir le pas, c’est risquer de perdre le lien spécial qui les unit. Quatre ans après leur première rencontre, Max, qui accumule les conquêtes, a peur de tout gâcher. Cam, elle, a vécu plusieurs déboires amoureux qui l’empêchent de s’abandonner. Comme à la pêche à la truite, ils devront s’armer de patience. Marie-Christine Chartier signe ici un premier roman authentique et sensible qui mérite d’être lu. Aux éditions Hurtubise. (Jessica Dostie)

3. Montréal bleu
La vie urbaine laisse parfois une impression de vertige, d’étourdissement. La stimulation constante des sens et le rythme effréné du train-train quotidien empêchent de vraiment contempler ce qui nous entoure. Le photographe Luc Girouard s’est donc attelé à la tâche de redonner une vie propre aux grandes structures de béton et aux paysages de la métropole québécoise dans son livre Montréal bleu. Tout à fait zen, l’exercice est accompagné des textes de Marie-Sophie Bérard, qui y ajoutent une couche de réflexion personnelle très intime. On s’y retrouve facilement dans ce bleu hivernal, si familier, mais qui pourtant nous semble quasiment extraterrestre. Un livre beau et calme, qui nous invite à porter davantage attention à notre univers urbain. (Alexis Boulianne)

4. Be More Kind de Frank Turner
Il semble qu’avec chacun de ses albums, Frank Turner s’éloigne un peu plus de ses origines punk, mais on ne peut pas lui en vouloir quand Be More Kind en est le résultat. L’auteur-compositeur-interprète britannique a réellement le don des mots et des riffs accrocheurs. Bourré de paroles imagées qui racontent des histoires, ce septième long jeu se veut encore plus optimiste que le précédent (Positive Songs for Negative People). En attendant son passage dans la métropole en septembre, on écoute en boucle ces 13 morceaux qui donnent du pep à nos journées. (Carine Touma)

5. 2 800 minutes
La Québécoise Sophie Bienvenu (Et au pire, on se mariera) a passé 24 heures en résidence d’écriture dans deux structures médicales et médicosociales françaises en compagnie de l’auteure parisienne Tatiana Arfel. Toutes deux lauréates du Festival du premier roman de Chambéry, elles en ont tiré deux récits où elles ont mis leur imagination au service des réalités constatées à l’hôpital. Le recueil qui en résulte, petite plaquette de 80 pages, vient d’être publié chez ActuSF. Pour découvrir deux écrivaines de la relève différemment. (Jessica Dostie)

6. 25 mythes à déboulonner en politique québécoise
Le français est en recul; le Québec est la seule province qui soit sociale-démocrate. Le Parti libéral est sans cesse reporté au pouvoir à cause du vote anglophone. Voilà quelques-uns des 25 mythes auxquels s’attaque le journaliste Michel C. Auger. L’ouvrage court et concis de l’analyste chevronné remet les pendules à l’heure sur plusieurs idées souvent véhiculées en politique, entre autres au sujet de la loi 101, de l’indépendance et de l’immigration. De quoi alimenter vos discussions politiques à l’approche de la campagne électorale. Aux éditions La Presse (Philippe Lemelin)

7. You Were Never Really Here
Il faut vraiment un talent d’acteur exceptionnel pour faire d’un homme de main à la santé mentale fragile, armé d’un marteau ensanglanté, un héros captivant. C’est ce que Joaquin Phoenix parvient à faire dans You Were Never Really Here, drame angoissant qui relate la quête de cet ex-marine ultra-violent pour retrouver la fille d’un sénateur new-yorkais prise dans les mailles d’un réseau de trafic sexuel. La performance de Phoenix, peut-être une de ses meilleures, doit beaucoup à la réalisation étouffante de la cinéaste britannique Lynne Ramsay (We Need to Talk About Kevin), qui, grâce à son talent pour cultiver le malaise, nous garde au bout de notre siège du début à la fin. Présentement en salle. (Benoit Valois-Nadeau)

Et on se désole pour

Le départ de Fred Savard
L’annonce du départ de Fred Savard de La soirée est (encore) jeune samedi dernier en aura surpris plus d’un. Il s’est choisi, à notre grand désarroi. Le succès de La soirée repose en grande partie sur la relation des quatre gars, qui sont très différents, mais qui partagent un style d’humour et des souvenirs accumulés ces six dernières années. Qui comprendra les références à Terre humaine de Jean-Sébastien ou s’obstinera avec les Guy Nantel de ce monde? Avec son cynisme, sa répartie et sa grande culture, Fred Savard laissera un grand vide. C’est la fin d’une époque assurément. Profitons-en jusqu’à la fin avec les dernières émissions de la saison diffusées ce week-end sur ICI Première. (Audrey Lavoie)

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!