Collaboration spéciale Corneille a plongé dans ses souvenirs d’enfance pour Love & Soul.

Pourquoi?» Cette question, tout le monde la lui a posée. «Mais Corneille, pourquoi un album de reprises plutôt que des chansons originales?»

Love & Soul, le nouvel opus de l’auteur-compositeur-interprète Corneille, est en effet un album de reprises. On y trouve de grands classiques des années 1980 et 1990 de vedettes internationales, par exemple George Michael, Lenny Kravitz et Cyndi Lauper.

«Ça faisait six albums où j’écrivais tout, où je composais tout. Je pense que rendu là, je me suis rendu compte que c’était énormément d’énergie et beaucoup de soi à donner. Tout le processus devenait de plus en plus cérébral. Et on peut difficilement provoquer l’inspiration.»

C’est pourquoi Corneille a décidé de se lancer dans un projet d’album de reprises.

Le chanteur a ajouté sa touche personnelle, teintée d’accents r’n’b et groovy, à ces indémodables succès, le tout dans une quête de légèreté et de simplicité.

«Je me suis dit: il faut que je trouve un moyen de me rappeler ce rapport simple avec la musique que j’ai toujours entretenu, que j’entretenais certainement quand je travaillais sur mon premier album mais que j’avais perdu un peu au fil du temps.»

Faire un album de reprises vient avec son lot d’inquiétudes, et ce, davantage pour certains que pour d’autres.

«La plupart des auteurs-compositeurs-interprètes ont cette peur de chanter quelque chose qui n’est pas d’eux-mêmes. Moi, ce qui m’a décomplexé, c’est de m’être rendu compte que je pouvais prendre plaisir et même m’épanouir, en tant que chanteur, en interprétant des chansons que je n’ai pas créées», explique Corneille, qui est allé piger dans un répertoire qui lui rappelait son enfance.

Les succès qu’il interprète, comme Careless Whisper et Time After Time, sont rattachés à de vifs souvenirs pour lui et probablement aussi pour ses auditeurs.

«Le rapport que la plupart des enfants ont avec la musique, c’est un décor de leur environnement. On s’y attache, on s’y perd, on l’utilise parfois comme béquille pour dépasser nos petits soucis d’enfant, notre petite solitude d’enfant, mais sans plus.»

Par exemple, Corneille reprend Wicked Game de Chris Isaak, une chanson (ou plutôt un vidéoclip) qui a marqué son adolescence… en raison de la présence de la mannequin Helena Christensen!

Cet album est-il donc aussi autobiographique qu’un album de compositions originales? D’une certaine façon, oui. «C’est tout aussi autobiographique, mais je ne m’engage pas aussi personnellement.»

Avec des reprises, tout le monde peut associer ses propres souvenirs aux chansons remises au goût du jour, et ce, bien plus facilement qu’avec des compositions originales.

«Je peux bien parler de solitude, mais qu’on le veuille ou non, ma solitude n’est pas nécessairement la même que celle de n’importe qui sur la planète à n’importe quelle époque. Si je chante George Michael, même avec une certaine modernité que j’ai essayé d’apporter aux arrangements, c’est l’air, c’est la mélodie, ce sont les paroles qui apportent quelque chose de très précis à chacun», explique le chanteur.

Même si les chansons choisies pour Love & Soul sont toutes de grands succès, il y a toujours un risque de déplaire aux fans qui s’attendent à un album original. Mais le Québécois d’origine rwandaise s’est fait à l’idée.
«S’il y a quelque chose qui caractérise ma carrière, c’est que j’ai toujours fait ce qui me plaisait, ce que j’avais envie de faire au moment où je le faisais. Souvent, c’est aussi ce qui donne des carrières inégales, commercialement parlant. Je dis toujours que j’ai six albums à mon actif, j’ai trois vrais succès et trois échecs commerciaux. Mais c’est ça aussi, une carrière», tranche Corneille.

«Je n’existerais pas en tant qu’artiste, je ne trouverais plus d’inspiration si je laissais cette pression s’inscrire sur mon travail de créateur. C’est important de se faire plaisir. De temps en temps, en se faisant plaisir, on fait plaisir aux autres.» Et Corneille espère que cet album fera justement plaisir à ses fans, le temps qu’il arrive avec du nouveau matériel bien à lui.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!