Chantal Levesque/Métro Lucie Vondrackova est très connue en République tchèque.

Lucie Vondrackova est une mégavedette en Europe, particulièrement en République tchèque, son pays natal. Ici, cependant, peu de personnes la connaissent. Mais vous avez certainement entendu parler de son mari, un certain Tomas Plekanec…

Arrivée au Québec en 2010, la chanteuse et actrice a pris son temps avant de lancer sa carrière ici pour la simple et bonne raison qu’elle voulait profiter de son nouveau rôle de maman.

«Ç’a été libérateur. J’ai pu réfléchir vraiment à ce que je voulais faire dans la vie. Je pouvais lire beaucoup et être tranquille. C’est ce dont j’avais besoin à cette époque», se souvient-elle.

Mais il y a déjà plusieurs mois, un projet qu’elle n’a pas pu refuser s’est présenté à elle: la comédie romantique et film de Noël The Perfect Kiss.

«Je pense que ce rôle m’attendait. Le scénario était écrit avant même que j’arrive ici, mais il n’y avait personne qui pouvait le jouer.» Lucie Vondrackova allait donc incarner Tanya.

«Tanya a 30 ans. Elle est indépendante, mais elle pourrait l’être plus. Elle vit encore avec ses parents. Elle veut trouver l’amour et c’est un peu compliqué, ce n’est pas parfait. Il y a une personne qui est la rend un peu nerveuse, et c’est peut-être elle au final son amour…»

The Perfect Kiss a été tourné ici, à Montréal, en plein hiver, dans l’intensité du froid québécois. «Il n’y pas beaucoup d’acteurs qui veulent filmer pendant l’hiver parce que c’est très dur. Dans la scène où nous nous embrassons, il devait faire -22 °C. On ne pouvait même pas parler», raconte Lucie Vondrackova.

Le résultat final est cependant «magique». «À l’écran, tout est blanc, c’est comme un conte de fées. Pendant le travail, c’est plus dur, mais après, on est vraiment content de l’avoir fait», se félicite l’actrice.

Tourner au Québec n’avait rien à voir avec un tournage tchèque. «Sur le lieu de tournage, on a parlé français, polonais, tchèque, anglais. C’était tout mélangé et j’ai adoré ça.»

C’était aussi l’occasion pour Lucie Vondrackova de montrer de quel bois elle se chauffait vraiment, puisqu’ici, elle repartait à zéro.

«Ici, je voulais être plus maman qu’actrice ou chanteuse.» – Lucie Vondrackova

«J’ai commencé à tourner quand j’avais 10 ans. En République tchèque, tout le monde me connaît. Tout le monde a une opinion sur moi. Ici, j’étais nouvelle. Et je pouvais montrer vraiment ce que je sais faire, avec les expériences que j’avais en moi, de théâtre, de film.»

Maintenant qu’elle est bien installée au Québec, qu’elle n’a aucune intention de partir et que son mari est de retour avec le Canadien de Montréal après un passage à Toronto, l’actrice et chanteuse espère collaborer à plusieurs autres projets.

Elle est présentement en tournage d’un deuxième long métrage en anglais, en attendant que The Perfect Kiss arrive sur nos écrans, à la fin de l’automne.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!