Getty Images/iStockphoto

Cette semaine, Métro a écouté les derniers albums de Travis Scott, Punch Brothers et Jason Mraz.

Non, mais oui
Travis Scott
Astroworld
••••
Le rappeur américain Travis Scott (oui, celui qui est arrivé en retard à Osheaga) a publié le 3 août son troisième album studio, Astroworld. Cet opus solide, dont la sortie a fait grand bruit, se compare sans honte à l’album-fleuve de Drake, sorti en juin. Le rap somme toute assez classique de Travis Scott tire sur le trap et peut parfois paraître cliché. Le son de Scott pourrait en effet repousser ceux qui n’en saisiront pas les nuances – on est loin du hip-hop old school facile à comprendre. La production, complètement hétéroclite, ne passe pas inaperçue. On crédite le célébré Mike Dean sur la majorité des tracks, mais on trouve aussi le band indie psychédélique Tame Impala et le très funk Thundercat. De très grande qualité, les beats sont un aspect particulièrement apprécié de cet album. Avec 17 chansons, Astroworld est un produit qui mérite qu’on l’écoute au complet : Travis Scott surprend à presque tous les tournants. – Alexis Boulianne

En profondeur
Punch Brothers
All Ashore
•••½
Une musique douce remplie de complexité, voilà ce que proposent les Punch Brothers avec leur cinquième opus, All Ashore. Le quintette américain propose neuf compositions créatives dénotant les influences musicales variées et la virtuosité des musiciens. On retrouvera surtout du bluegrass aux consonances jazz (comme sur la pièce-titre, All Ashore), mais aussi du folk plus traditionnel (Three Dots and a Dash) et même une petite dose de pop (Jumbo). Chacun des musiciens offre, à un moment ou à un autre, des envolées instrumentales impressionnantes, tout en conservant un timbre posé, presque relaxant. Des harmonies vocales mélodieuses s’ajoutent à l’ensemble de textures déjà complet. Tant le novice que le mélomane aguerri pourront apprécier le talent des Punch dès la première écoute. – Philippe Lemelin

Peu de conviction
Jason Mraz
Know
••½
Jason Mraz présente son sixième album, qui, comme tous les autres, se veut un opus lumineux, rempli de douces balades romantiques aux airs pop. C’est feel good, on retient rapidement les paroles, mais… il y a un mais. On dirait que c’est moins senti que d’habitude. Sur la chanson More Than Friend, un duo avec Meghan Trainor au sujet de la friendzone, les deux chanteurs manquent terriblement de conviction. C’est comme s’ils n’avaient pas donné leur 100%, ou qu’il n’y avait aucun atome crochu entre eux. La chanson tombe à plat après le deuxième couplet. C’est un peu découragé qu’on arrive à la dernière pièce de l’album, Love Is Still the Answer, une chanson philosophique un peu lourde qui pose d’entrée de jeu LA reine de toutes les questions : «Pourquoi sommes-nous sur Terre?». (Psst. La réponse est dans le titre.) – Virginie Landry

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!