Collaboration spéciale Pierre Lapointe et les Beaux Sans-Cœur seront en spectacle ce soir au FME, en Abitibi-Témiscamingue, et à Montréal les 5, 6 et 7 septembre à l’Escogriffe.

Cette semaine, Métro craque pour Pierre Lapointe, À ce point de folie, Won’t You Be My Neighbor?, Les nouveaux bancs du Cinéma du Parc, Babylones, Frères amis, frères ennemis, Sein, le nouveau duo électro-rap de l’heure.

1. Ton corps est déjà froid
Pierre Lapointe nous a bien surpris vendredi dernier en lançant cet album punk-rock-garage-déjanté avec les Beaux Sans-Cœur. Décrit comme «une fable rock, un hommage au plaisir de créer sans censure», ces divertissantes 30 minutes de guitare électrique et de batterie rythmée sont tout autant un plaisir à écouter. Les paroles grivoises et irrévérencieuses, chantées de sa voix toujours sophistiquée, ne peuvent que faire sourire. Quelques exemples? «1 2 3 4, j’aimerais te prendre à quatre pattes», «J’ai pissé sur ton lit» ou encore «Je mangerai ton rouge à lèvres». Certes, Pierre Lapointe ne réinvente pas le rock; il s’éclate tout simplement, sans trop réfléchir. C’est festif, rafraîchissant et ça fait du bien. Mention spéciale à l’éclatant vidéoclip de la pièce titre.  Marie-Lise Rousseau

2. À ce point de folie
Ce n’est pas la première fois que le récit du naufrage de la frégate française La Méduse inspire un artiste. Survenu le 2 juillet 1816 au large de l’actuelle Mauritanie, le drame a été représenté par le peintre Théodore Géricault (Le radeau de La Méduse), avant d’être à l’origine du roman Océan mer d’Alessandro Baricco et d’un film français de 1998, entre autres. Même la chanson Les copains d’abord de Georges Brassens y fait allusion! Cette fois, c’est l’écrivain autrichien Franzobel qui nous offre sa relecture de la tragédie dans un style précis et cru. Un grand divertissement fort bien documenté. Aux éditions Flammarion.  Jessica Dostie

3. Won’t You Be My Neighbor?
Vous vous souvenez de Mister Rogers? Celui qui amorçait invariablement son émission, diffusée sur PBS pendant presque 40 ans, en saluant la caméra et en enfilant son fameux cardigan rouge? Si vos souvenirs de zapping enfantin sont loin, le documentaire signé Morgan Neville (Twenty Feet from Stardom) offre un merveilleux portrait de Fred Rogers, ce révérend presbytérien qui a vu dans la télévision un moyen d’éduquer les tout-petits et qui a choisi d’y consacrer sa vie. On y découvre un homme d’une bonté infinie, animé d’un authentique intérêt pour le développement harmonieux des enfants. Disponible en DVD. – Benoit Valois-Nadeau

4. Les nouveaux bancs du Cinéma du Parc
On attendait ce moment avec impatience. En fait, on n’y croyait presque plus. Mais voilà, c’est fait : le Cinéma du Parc a troqué ses vieux bancs usés et inconfortables contre de somptueux fauteuils de cuir. Les cinéphiles assis à la première rangée ont même droit à un confort supplémentaire, question de limiter le mal de cou provoqué par la trop grande proximité avec le grand écran. Voilà une excellente raison de profiter de la programmation toujours alléchante de ce haut lieu du 7e art.  Marie-Lise Rousseau

5. Babylones
Nostalgique de l’été qui s’achève? Babylones offre une trame sonore parfaite pour l’occasion. Le premier album du duo québécois, intitulé Le désordre pour le style, nous plonge dans un rock alternatif influencé par le son des années 1990, le tout agrémenté de synthétiseurs et de voix en harmonie. Les 10 morceaux sont assez différents les uns des autres. Dans le noir, qui démarre l’album, donne envie d’aller surfer, tandis que Divertissement (pour les gens distingués) force l’introspection. On aurait aimé écouter cet album au début de la saison chaude, mais il réchauffera nos oreilles cet automne. – Philippe Lemelin

6. Frères amis, frères ennemis
Frédérick et Jasmin Lavoie sont journalistes. L’un est basé en Inde, l’autre au Pakistan, deux pays issus de la même entité, mais qui entretiennent des relations houleuses. Durant un an, les frérots ont entretenu une correspondance éclairée et éclairante. Sur les enjeux et les absurdités de ce conflit larvé, sur les risques du métier, mais aussi sur leur relation fraternelle à distance. Un bouquin réussi qui offre un point de vue unique sur deux pays rivaux qui partagent pourtant le même sang. Aux éditions Somme Toute.  Benoit Valois-Nadeau

7. Sein, le nouveau duo électro-rap de l’heure
Connaissez-vous Sein? Ce jeune duo parisien formé de Balthazar et de Joseph, respectivement âgés de
18 et de 19 ans, donne dans un électro-rap rafraîchissant qui surprendra le monde de la musique montréalaise. Avec un premier EP (Sein la vie) aux sonorités variées à son actif, le groupe attire les regards depuis l’an dernier avec sa signature unique et colorée dans un milieu du rap déjà saturé. Partout où il passe, le constat est le même : on prédit une ascension fulgurante au duo, dont les morceaux Villa, Rouge et Légal cartonnent sur la Toile. À écouter encore et encore, à toute heure de la journée, pour le plaisir. – H
enri Ouellette-Vézina

Et on se désole pour

8. Le double standard
Le US Open nous a donné une belle démonstration de double standard cette semaine. Tandis que les tennismen changent tout le temps de chandail sur le court, la joueuse française Alizé Cornet a reçu un avertissement pour avoir remis son gaminet à l’endroit, laissant voir quelques secondes une brassière de sport plus couvrante que n’importe quel maillot de bain. Oh mon Dieu!  Malgré les excuses du tournoi, ce n’est rien pour bien faire paraître le monde du tennis, où les hommes n’ont pas de protocole de canicule, contrairement aux «faibles» femmes, et où les joueuses (lire : faibles mentalement) peuvent recourir aux services de leur entraîneur, contrairement aux gars. Slow clap dans 3, 2, 1… – Dominique Cambron-Goulet

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!