Cette semaine, Métro a écouté les derniers albums de David Myles, RYAN Playground et Émilie Clepper.

L’accent d’une vie
David Myles
Le Grand départ
••••

Quoi ne pas aimer de cet album? Le charmant accent néo-brunswickois de Myles? Non. Sa voix grave et feutrée, parfois presque utilisée comme percussion (De bonne guerre)? Non. Franchement, l’écoute du 12e long jeu, le premier en français, de ce musicien qui maîtrise autant le folk que le jazz et le rockabilly, est jouissive du début à la fin. En 10 morceaux, on passe en revue une vie remplie de souvenirs (Hey shérif), de j’aurais-dû (Trop tard et Encore là), de départs, d’arrêts, de désirs, de pardons et d’excuses (Plus rien et Mon frère). –Carine Touma

Pur électro
RYAN Playground
16/17
•••

Geneviève Ryan Martel, mieux connue sous le pseudonyme de RYAN Playground, lance un nouvel album plein de sonorités électroniques déjantées, mais travaillées. 16/17 aborde des thèmes aussi fondamentaux que la peur de grandir, la nostalgie de l’autre, l’anxiété, l’amour et l’espoir. Les 12 chansons de l’album se dégustent à la manière d’un bon vin, ses subtilités apparaissant de plus en plus nettement avec le temps. Ce genre de morceaux qu’on doit écouter encore et encore pour en comprendre les vraies intentions. Et c’est tant mieux pour nous. –Henri Ouellette-Vézina

Douce douleur
Émilie Clepper
La Grande migration
•••

La voix d’Émilie Clepper est poignante. Aussi contradictoire que cela puisse paraître, elle chante de manière douce et puissante à la fois. Elle interprète avec passion les textes de l’auteure Sara Garneau. «On m’a déshabillée de ma dignité/On m’a vêtue d’une jaquette bleue/On m’a placée dans une chambre blanche/Et d’un scalpel on a tranché mes secrets», chante Clepper dans Les grands vents, la première pièce de l’album. Une certaine beauté jaillit de cette musique douloureuse, pour ne pas dire déprimante. Philippe Lemelin

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!