Le cinéaste et acteur français Mathieu Kassovitz souhaite travailler hors de la France, disant croire que le cinéma français est «vieillissant» et conformiste.

Après Gérard Depardieu et Brigitte Bardot, le réalisateur de «La Haine» dit tenter «d’essayer de dégager de ce pays».

Contrairement aux deux premiers, qui évoquent pour l’un des raisons fiscales et pour l’autre le traitement réservé aux animaux, Mathieu Kassovitz affirme en entrevue mardi à Canal + avoir du mal «créativement parlant» à continuer à travailler en France.

Il parle d’un pays qui a «enfermé» le cinéma dans une «espèce de copie conforme» d’un modèle américain.

«(Le cinéma français) n’a pas évolué depuis un bon nombre d’années», a exprimé le cinéaste et acteur ayant été à l’affiche des films «Le fabuleux destin d’Amélie Poulain» et «Un héros très discret».

Mathieu Kassovitz parle d’un cinéma pris «entre des financiers qui ne prennent pas trop de risques» et «un public qui ne suit pas les studios en France qui ont la capacité de faire bouger les choses».

Appelé à exprimer ce qu’il aurait à dire à Gérard Depardieu, Mathieu Kassovitz a répondu qu’il «fait ce qu’il veut», et qu’il n’a pas à être le «juge de sa vie».

«Je comprends tout à fait que quelqu’un qui gagne plus d’un million d’euros, s’il doit être taxé à plus de 75 pour cent dessus… Si je gagnais ça, je dirais au revoir!», a-t-il ajouté.

Le Conseil constitutionnel français a finalement rejeté fin décembre le projet de taxation à 75 pour cent des plus fortunés de l’Hexagone, soutenant qu’il s’agissait d’une mesure excessive.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!