Collaboration spéciale Jessica Chastain dans Zero Dark Thirty

Cette semaine, on craque pour… Chasing Ice, Jessica Chastain dans Zero Dark Thirty, Smash, l’album solo de Chris Owens, Le guide du mauvais père, Better than Something : Jay Reatard et le site de Monster University.

Et on se désole pour… l’absence de The Master dans la course à l’Oscar du Meilleur film.

1. Chasing Ice
Photographier les changements climatiques, c’est possible! Le documentaire Chasing Ice détaille la démarche entreprise par le photographe du National Geographic James Balog : photographier le recul de trois gros glaciers en Islande, au Groenland et en Alaska. Pour ce faire, il a fixé 25 appareils photo, programmés pour prendre un cliché par heure pendant 3 ans. On suit donc toute la logistique du projet, les relevés régulier des caméras nécessitant parfois des expéditions assez périlleuses! Le résultat final est glaçant et beaucoup moins pénible à regarder que le film d’Al Gore, tout en étant aussi percutant! Les sceptiques seront confondus! Dès aujourd’hui au Cinéma du Parc. Pour voir la bande-annonce de Chasing Ice. (Mathias Marshal)
2. Jessica Chastain dans Zero Dark Thirty
Troublant et passionnant, ce Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, film qui suit une équipe dédiée à la pourchasse de Ben Laden. La réalisatrice a pris le parti de rester neutre, ce qui, à notre sens, est plutôt réussi. Notamment grâce à l’actrice principale, Jessica Chastain, qui s’était fait remarquer dans ses précédents films, mais qui prouve une fois pour toutes son très grand talent ici. Dans le rôle d’une agente complètement obsédée par l’idée de retrouver Ben Laden, l’actrice teinte son personnage de nombreuses nuances d’ombre et de lumière, ainsi que d’une énergie et d’une détermination saisissantes. On ne serait pas étonnée de la voir repartir avec une statuette le 24 février prochain. Présentement en salle. Pour voir la bande-annonce de Zero Dark Thirty. (Jessica Émond-Ferrat)
3. Smash
Avertissement : si vous êtes allergique aux comédies musicales de Broadway, ne glissez pas les DVD de la première saison de cette série produite par Steven Spielberg dans votre lecteur, vous risquez une poussée d’urticaire. Mais dans le cas inverse, vous trouverez sûrement un plaisir coupable dans cette série articulée autour de l’équipe qui travaille à monter une comédie musicale sur la vie de Marilyn Monroe. Chansons, danses endiablées, histoires d’amour compliquées, personnages attachants, revirements de situation : on devient vite accro! Smash, présentement en DVD. (Jessica Émond-Ferrat)
4. L’album solo de Chris Owens
L’été dernier, le torturé chanteur Chris Owens a annoncé la dissolution du groupe Girls. Un band de Californie qui nous a donné de bons morceaux, tel le succès Lust For Life (ouaip, comme la toune d’Iggy Pop). Aujourd’hui, Owens nous revient avec un premier disque solo, marqué par sa rencontre avec Lysandre, une fille dont il est tombé éperdument amoureux. Cet amour teinte beaucoup ce disque, qui porte le nom de la fille en question. Mais on n’y parle pas que de gentils sentiments! Il y a aussi des pièces qui interrogent le choc de la célébrité auquel il a été confronté avec son ancien groupe et la rude réalité de la vie en tournée. «Peut-être que je suis juste un mauvais compositeur et que tout ce que je chante a déjà été chanté», se désole-t-il sur Love is in the Ear of the Listener. Bien sûr, certaines compositions frisent la naïveté (la  ritournelle Lysandre dans laquelle il clame qu’il aimerait tant embrasser la demoiselle du titre), mais il faut rendre à Chris ce qui revient à Chris : il n’a pas peur de laisser aller ses émotions. Et surtout, il n’a peur ni de la flûte médiévale ni des orgies de saxophone. Osé! Écoutez Chris Owens ici. En magasin mardi sous étiquette Fat Possum Records. (Natalia Wysocka)
5. Le guide du mauvais père
Une nouvelle BD de Guy Delisle est toujours une bonne nouvelle! Ici, l’auteur des acclamées Chroniques de Jérusalem aborde un sujet plus personnel, celui de son rôle de papa. Qu’il dépeint avec le même humour fin, la même tendresse, la même sensibilité et le même coup de crayon unique qu’il le fait quand il parle de politique coréenne ou israélo-palestinienne. Le bédéiste québécois montre sans gêne ses «failles» de papa absolument pas politically correct qui oublie de mettre un dollar sous l’oreiller de son enfant qui a perdu une dent, ou qui suggère à son fils d’imaginer sa sœur quand il s’entraîne à la boxe. Du bonbon, et tout l’amour d’un papa concentré en une bande dessinée. Aux éditions Delcourt. (Jessica Émond-Ferrat)
6. Better than Something : Jay Reatard
Ce documentaire, qui dresse un portrait extrêmement touchant de Jay Reatard, est un véritable cadeau du ciel pour les fans du regretté rockeur de Memphis, dont nous sommes. Fait de témoignages de plusieurs de ses proches et d’entrevues réalisées avec Jay avant sa mort par overdose le 13 janvier 2010,  Better Than Something retrace le parcours chaotique de ce musicien passionné, qui se foutait de l’industrie, de l’autorité, de la hype, et de pas mal tout ce qui l’oppressait et l’empêchait de créer. Réalisé par Alex Hammond et Ian Markiewicz, le film nous fait découvrir un artiste sensible, attachant, à mille lieues de l’homme colérique, méchant et imprévisible qu’il pouvait parfois devenir en concert. Rythmé par des extraits de ses chansons en solo ou avec un de ses nombreux groupes, dont les Lost Sounds, le docu nous entraîne aussi dans la ville de son enfance, là où le crack fait des ravages. Bouleversant. En vente sur iTunes. (Natalia Wysocka)
7. Le site de Monster University
Les gens de Pixar ne font rien comme les autres, que non! Au lieu de simplement lancer la bande-annonce de Monsters University, film qui sortira le 21 juin, ils ont également fait un site complet imitant les vraies universités. La liste des programmes de cours, les équipes sportives, les fraternités, les témoignages des étudiants… tout y est! Une carte nous indique où se trouvent l’école de hurlements et le pavillon d’épouvante, par exemple. Les pages sont remplies de clins d’œil humoristiques, comme dans la section «magasin», où on peut trouver un chandail à quatre manches. Une perte de temps vraiment sympathique à parcourir. Consultez le site de Monster University. (Josie Desmarais)

MÉTRO EN ENFER

L’absence de The Master dans la course à l’Oscar du Meilleur film
Ah, Académie! Autant parfois tu nous ravis, comme lorsque tu remarques le stupéfiant Beasts of the Southern Wild,  que tu embrasses le poignant Amour ou que tu nommes Rebelle de Kim Nguyen (trop bien!), autant parfois, tu nous décourages sévèrement. L’an dernier, on se souvient que tu avais complètement ignoré Shame. Shame! Cette année, The Master est absent des neuf (au fait, pourquoi neuf?!) candidats au meilleur film. Oui, l’incroyable Joaquin Phoenix est en lice pour l’Oscar du meilleur Acteur. Et Phil Hoffman et Amy Adams pour ceux d’acteurs de soutien. Mais tu n’aurais pas pu écarter le très beige Argo pour faire une p’tite place au génial drame de Paul Thomas Anderson?  Ou peut-être nommer  un chiffre rond, genre 10  films, au lieu de cet étrange choix de 9? Ah, Académie! Autant des fois, on t’aime, autant des fois, hm… (Natalia Wysocka)

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!