Gilles Carles et Chloé Sainte-Marie

Cette semaine, on craque pour…  L’exposition Parce que c’est lui, A Charlie Brown Christmas, NHL Slapshot, Waste land, Sting, Live in Berlin, L’année 2010 en photos du National Geographic et La vitrine sur iphone.

Et on se désole pour… La page couverture du Petit Debeur

1. L’exposition Parce que c’est lui

Faire entrer les gens dans l’intimité de son couple est une mission délicate. Avec l’exposition Parce que c’est lui, consacrée à l’Å“uvre du regretté Gilles Carle, sa compagne, Chloé Sainte-Marie, a relevé le défi avec brio. La chanteuse et actrice a recréé le décor de leur demeure, ce qui nous donne l’impression d’être au beau milieu de leur salon. Cette impression ne nous lâche pas tandis qu’on admire les peintures et les photos signées Gilles Carle. On voit Chloé à travers le regard amoureux et impudique du cinéaste. Au Marché Bonsecours. Jusqu’au 1er avril (Jessica Émond-Ferrat)
2. A Charlie Brown Christmas

Plus de 40 ans après sa création, le dessin animé A Charlie Brown Christmas de Charles M. Schultz demeure un classique des Fêtes. Bonne nouvelle, alors, que la sortie de Charlie Brown – Deluxe Holiday Collection, un coffret de luxe qui inclut aussi les films It’s the Great Pumpkin et A Charlie Brown Thanksgiving, sans compter des suppléments tels qu’un «behind-the-scene» fort intéressant. Présentement en DVD (Jessica Émond-Ferrat)
3. NHL Slapshot

Nintendo a fait appel au développeur de jeux vidéo EA pour concocter NHL Slapshot. Et le résultat est surprenant. NHL Slapshot conjugue la qualité et le réalisme des créations de EA au plaisir du jeu actif de la Wii. Au lieu d’avoir une manette ennuyante en main, le joueur exécute ses mouvements avec un petit bâton de hockey, ce qui rend l’expérience beaucoup plus amusante. Le jeu est très instinctif
et facile à apprivoiser. Un incontournable. (Mathieu Horth Gagné)

4. Waste Land

Un artiste va visiter le plus grand dépotoir du monde, où s’activent des «ramasseurs de matériaux recyclables». Si Waste Land avait été un film de fiction, on aurait trouvé ses personnages trop beaux pour être vrais. Mais comme il s’agit d’un documentaire, on ne peut qu’être en admiration devant l’altruisme et le talent de l’artiste Vik Muniz.  (Jessica Émond-Ferrat)
5. Sting, Live in Berlin

Sting nous avait un peu déçus cet été avec l’album Symphonicities, sur lequel il reprenait quelques-uns de ses plus grands succès avec le Royal Philarmonic Orchestra. Trop lisse et sans personnalité, avait-on alors dit. Le leader de The Police se reprend de belle façon avec la captation audio et vidéo de sa virée symphonique. Enregistré dans la capitale allemande, Live in Berlin présente un Sting allumé et en grande forme vocale. Moment fort de l’opus, la nouvelle version de If I Ever Lose my Faith in You, qui ne figure pas sur Symphonicities. Danke schön, Sting. (Marc-André Lemieux)
6. L’année 2010 en photos du National Geographic

Un poisson avec des «mains», un trou béant au Guatémala, des éclairs volcaniques en Islande… la revue de l’année du National Geographic nous laisse pantois. news.nationalgeographic.com. (Marc-André Lemieux)
7. La vitrine sur iPhone

Besoin d’une idée de sortie de dernière minute? LaVitrine.com, ce guichet unique – qui est à la fois calendrier culturel et billetterie en ligne – est maintenant accessible sur iPhone (et iPod touch, et iPad). On peut dorénavant acheter ses billets de spectacle directement à partir de l’application. C’est gratuit et c’est sur l’App Store.  (Christian Duperron)


 Métro en enfer! Cette semaine, on se désole pour…


La page couverture du Petit Debeur

Notre petit côté alcolo aime bien Le petit Debeur des vins, bières, cidres et spiritueux. On y trouve des centaines de produits commentés par un groupe d’experts. Il s’agit d’un guide sérieux et fouillé. Voilà pourquoi on n’a pu s’empêcher de sourciller à la vue de sa page couverture : une photo d’un homme (à la chemise un peu trop déboutonnée) entouré de deux femmes (dont une montre un peu trop de cuisse). On dirait un banal cliché pris sur le vif lors d’une fête bien arrosée… ou la pochet­te d’un film de série B intitulé Ménage à trois. Peut-être qu’avec une bière dans le nez, on apprendra à l’aimer. (Marc-André Lemieux)

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus