collaboration spéciale En plus de ses propres œuvres, Lorraine Desmarais a récemment participé à l’album Par amour pour Philou, qui sera lancé le 15 avril au Centre Segal et dont tous les profits iront au Centre de répit Philou.

En prélude à une tournée québécoise qui s’amorcera à l’automne 2013, la pianiste au succès planétaire Lorraine Desmarais nous offrira ce dimanche les lunes qu’elle a décrochées au fil des ses multiples voyages autour du globe.

Lorraine Desmarais n’a pas chômé au cours des dernières années. Sollicitée aux quatre coins du monde pour y distiller son jazz savoureux, elle s’est imprégnée des atmosphères qui l’ont touchée ici et là afin de créer cet album de voyages, le bien nommé Couleurs de lune, qu’elle interprétera avec ses complices des dernières décennies : les excellents Frédéric Alarie à la basse et Camil Bélisle à la batterie.

En plus de revisiter l’intégrale des thèmes de cet album paru en février dernier et, bien sûr, quelques autres puisés dans les 10 opus précédents, le trio s’attaquera à des standards jazz dont le célèbre Autumn Leaves (Les feuilles mortes) de Joseph Kosma.

Parlant de célébrité, en regard de cette rayonnante carrière qui lui a valu tant d’honneurs, quel a été son moment le plus fort? «Lorsque j’ai joué en duo avec Chick Corea. Ce grand pianiste américain a été une de mes premières influences. J’aimais le jazz mais lorsque je l’ai entendu, lui et Oscar Peterson en fait, j’ai ressenti des coups de cœur qui ont fait en sorte que j’ai voulu illico jouer et composer cette musique», se remémore la jazzwoman en faisant allusion à la rencontre orchestrée par le Festival de jazz en 2004. Précieux moment qui, hélas, n’a pas été officiellement capté sur images. Toutefois, si jamais quelqu’un en possédait une archive, elle serait très heureuse d’en obtenir un exemplaire.

Et comment cette passionaria du jazz qui se sent investie de la mission de le faire connaître s’y prendrait-elle pour initier les profanes aux charmes de la note bleue? «Je leur dirais de venir nous voir en spectacle. Je parle aux spectateurs et j’explique beaucoup de choses, dont le processus créatif des pièces. Déjà, avec cela, un contact humain s’établit, et les gens se sentent plus concernés. Mon objectif est que l’initié comme le profane sortent du spectacle en se disant : “Wow, j’ai vécu un bon moment et je me sens bien.”»

Lorraine Desmarais en trio
Au Centre Segal
Dimanche à 20 h

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!