Yves Renaud Maude Guérin dans Sainte Carmen de la Main

Cette semaine, on craque pour… Le chant de Sainte Carmen de la Main, Bollywood Bollywood, le Guide du Montréal créatif, les stars de la K-Pop, le nouveau single de KT Tunstall, Jennifer Lawrence dans Silver Linings Playbook et Survivre.

Et on se désole pour… La prolifération des tapis rouge.

1. Le chant de Sainte Carmen de la Main
On s’en doutait, mais c’est confirmé. Le trio Michel Tremblay/René-Richard Cyr/Daniel Bélanger a de nouveau réussi une œuvre splendide avec l’adaptation en théâtre musical de Sainte Carmen de la Main. Malgré la formule en apparence similaire, soyez avertis : on est à des kilomètres de Belles-sœurs. Plus sombre et dramatique, le spectacle s’apparente davantage aux pièces plus dures de Tremblay, comme À toi pour toujours, ta Marie-Lou (où on rencontrait Carmen). Le désarroi et l’appel à l’éveil des consciences sont très forts et nous rentrent dedans, et la musique   de Daniel Bélanger vient souligner tout cela avec sobriété et brio. Et que dire de l’immense talent des comédiens, à commencer bien sûr par la lumineuse Maude Guérin, mais aussi la solide Eveline Gélinas, le toujours juste Normand D’Amour, le brillant Benoît McGinnis, et évidemment, le talentueux chœur. Chapeau! Au théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 22 juin. (Jessica Émond-Ferrat)

2. Bollywood Bollywood
Plusieurs aiment sans s’en cacher les films de superhéros ou d’action, forts en cascades ou en explosions. Pour avoir notre dose de clichés et d’irréalisme, nous révélons au grand jour notre préférence pour les films indiens. Quoi de mieux que les couleurs, les chants et les danses qu’ils offrent pour mettre en scène les tiraillements amoureux, les déchirements familiaux et l’empreinte des traditions? Ça tombe bien, parce que le Cinéma du Parc a programmé à partir d’aujourd’hui une trentaine de représentations de films indiens sur près d’un mois – du jamais vu en ville! Le prétexte? Célébrer en grand le centenaire de l’industrie. La riche programmation propose des longs métrages de toutes les décennies à partir des années 1930 : les découvertes promettent donc d’être nombreuses! Au Cinéma du Parc jusqu’au 30 mai. (Andréanne Chevalier)

3. Le Guide du Montréal créatif
Un guide touristique qui est suffisamment pointu pour intéresser aussi les «locaux»? Voilà qui nous plaît! Avec le Guide du Montréal créatif, on plonge dans le cœur artistique de Montréal. Parmi les lieux moins connus recensés par le journaliste Jérôme Delgado, on vous suggère notamment le Jardin du crépuscule, une galerie de sculptures à ciel ouvert dans le Mile End. Mentions spéciales pour l’Eastern Bloc (la SAT du quartier Parc-Ex), l’Usine 106U (œuvres d’art abordables) et L’Espace Verre pour apprécier le talent des maîtres souffleurs et de leurs apprentis. Un ouvrage à consulter pour voir Montréal sous un angle positif, et mettre de côté une Commission Charbonneau déprimante et des élections automnales qui pourraient l’être tout autant! Présentement en librairie. (Mathias Marchal)
4. Les stars de la K-Pop
Vous avez aimé Psy et son célèbre Gangnam Style? Prêtez attention aux artistes sud-coréens tels que Big Bang, Bap et Block. Ces porte- étendards de la K-pop méritent d’avoir accès à vos oreilles avec leur musique teintée de mélodies vives et entraînantes. Si la curiosité vous gagne, le Chinatown regorge de disquaires spécialisés, comme A+. Pour les boutiques de vêtements à leur effigie, c’est du côté de Studio A que ça se passe. Et pour vous déhancher de manière «hippique» avec votre nouveau t-shirt, allez donc faire
un tour au Bar K Karaoke, notre salle préférée. (Assia Matmat)
5. Le nouveau single de KT Tunstall
Deux ans et demi ont passé depuis Tiger Suit, de KT Tunstall, et on se réjouit de l’annonce d’un prochain CD, Invisible Empire // Crescent Moon, prévu pour le 10 juin prochain. En attendant, on peut faire jouer en boucle Feel It All, son nouveau single. Sur cette nouvelle chanson, la belle Écossaise semble délaisser son rock et son énergie caractéristiques pour une ballade plus douce. Quoiqu’assez simple, le vidéoclip de Fell It All, tourné en plein désert, accompagne très bien la mélodie pleine de soleil. On lui pardonne, un peu, sa tête à moitié rasée à la Skrillex… Feel It All, disponible sur iTunes et Amazon. (Josie Desmarais)
6. Jennifer Lawrence dans Silver Linings Playbook
Depuis son étonnante performance dans le film indépendant Winter’s Bone, on savait que la jeune Jennifer Lawrence était dotée d’un grand talent. Et ça continue : dans Silver Linings Playbook, de David O. Russell, l’actrice se démarque une fois de plus au sein d’une distribution déjà très solide, Bradley Cooper en tête. En jeune veuve perturbée qui fait la connaissance d’un homme fraîchement sorti d’un hôpital psychiatrique et qui cherche à le séduire par tous les moyens, Lawrence se fait tour à tour douce, attachante, vulnérable… et complètement survoltée. On y croit totalement. Et on ne peut que constater que son Oscar de cette année était amplement mérité. Silver Linings Playbook, présentement en DVD. (Jessica Émond-Ferrat)
7. Survivre
Comment rendre palpitante une pièce se déroulant entièrement dans un bureau gris éclairé par des néons, où des employés blasés attendent impatiemment la fin de la journée? En transformant ce bureau en champ de bataille où l’objectif de chacun est d’éliminer tous ses collègues. Ça prend aussi des personnages plus caricaturaux et savoureux les uns que les autres, se transformant presque tous en monstres de cruauté. Il faut ensuite une mise en scène créative rendant tout potentiellement menaçant, même le mobilier. «J’suis à boutte des ostis de meubles!» s’écrie le personnage joué par André Robitaille. Les répliques assassines sont d’ailleurs un autre ingrédient-clé du succès. Finalement, il faut une bonne dose de rêve. Parce que la réalité serait trop ennuyante. Notons que Survivre ne donne pas envie de travailler dans un bureau! Au théâtre de Quat’sous jusqu’au 18 mai. (Roxanne Léouzon)

MÉTRO EN ENFER

La prolifération des tapis rouge
Pratique adorée par nos voisins du sud, les tapis rouges semblent occuper de plus en plus de place sur notre scène culturelle. Autrefois réservés aux grands événements, aux galas prestigieux, aux soirées de renom, les red carpettes se déroulent désormais pour chaque occasion. Lancement de disque? Tapis rouge! Lancement de livre? Tapis rouge! Lancement de toune? Tapis rouge! Que l’artiste soit plus ou moins connu importe peu. Ce qui compte, ce n’est pas tant son disque, son livre ou sa toune. Ce sont plutôt les célébrités qui apparaissent au lancement desdites œuvres. Célébrer nos vedettes? Soit. Mais avec tout ça, on oublie parfois complètement la raison pour laquelle tout le monde s’est réuni. L’art finit par être noyé sous tous ces flashs et toutes ces tenues glamour. Les spécialistes du Roi de la moquette vous le diront : plus on foule le tapis, plus il s’use. Réservons donc le rouge pour les grandes occasions.
(Natalia Wysocka)

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!