Yves Provencher/Métro Jean-François Mercier

La Commission Charbonneau et les maires malhonnêtes, les riches et les pauvres, l’envie entre humoristes (et les vacheries qui s’ensuivent)… Tout cela est revenu souvent dans le gala Juste pour rire d’hier soir, animé par Jean-François Mercier, et qui avait pour thème l’argent! Un thème qui a visiblement inspiré les humoristes invités, qui s’en sont tous tenus à la thématique.

À commencer par l’animateur, qui n’a évidemment pas fait dans la dentelle. Arrivé sur scène en limousine, entouré de 13 «pitounes» et d’un homme flambant nu,avant d’entamer un monologue d’ouverture véhément sur la façon dont le gouvernement gère notre argent, un numéro à saveur de vidage de cœur…

Faisant passer le public du rire bien franc au rire jaune ou diffus, Mercier, fidèle à son habitude, n’a pas craint de créer plusieurs malaises avec des blagues aux antipodes de la rectitude politique: «Quand je vois tous ces quêteux dans la rue, je me dis : on se prétend une société évoluée et… on n’est même pas capables de cacher nos pauvres comme du monde!» ou encore dans un numéro de clôture où il est tombé sur la tomate de tous les humoristes de son gala.

Chose certaine, il aura fait réagir! Pour le meilleur et pour le pire. Autant on aime quand l’humoriste marche sur la ligne de ce qui se dit ou ne se dit pas, mais il y a de nombreux moments où le malaise surpassait l’envie de rire. Notamment dans le cas du numéro en duo avec Pierre Hébert dans son rôle de jeune handicapé vulgaire, où, franchement, l’accumulation de grossièretés rendait l’ambiance assez lourde.

À propos des invités, on notera parmi les prestations les plus réussies celle, à saveur politique, du jeune humoriste montant Neev, le numéro d’un Martin Petit particulièrement en forme et celui de Mike Ward, toujours irrévérencieux et hilarant, qui ne s’est pas gêné pour se payer la tête de Jean-François Mercier et de son futur quiz télévisé, le Tic-Tac Show, «qui sera sans doute déjà annulé au moment où ce gala sera diffusé à la télé, mais coudonc!»

Pour sa part, Cathy Gauthier a commencé en force avec une tirade contre la Lola du procès «Lola contre Eric», avant de tomber dans la vulgarité un peu trop facile. Phil Roy, qui en était à son premier gala, a livré une performance énergique, mais pas assez à point pour faire lever le public; plusieurs gags sont un peu tombés à plat. Les Denis Drolet ont présenté un projet aux «Dragons» de l’émission Dans l’œil du dragon – un numéro un peu trop long. Dominic Paquet a repris son numéro acclamé des idées d’entreprises étranges, qui inclut ce segment assez réussi du «brainstorm» à l’origine du concept du Costco.

Un gala en dents de scie, donc, comprenant plusieurs moments de vrai rire, mais aussi bien des rires jaunes.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!