REGINA – Comparer l’exploitation des sables bitumineux à la catastrophe nucléaire d’Hiroshima, comme l’a fait ce week-end le chanteur canadien Neil Young, témoigne d’une insensibilité et d’une ignorance des faits, a affirmé mercredi le premier ministre de la Saskatchewan.

Selon Brad Wall, Neil Young a perdu beaucoup de sa crédibilité en établissant une telle comparaison avant de monter sur scène à Toronto pour un concert, dimanche.

En point de presse, le chanteur folk rock avait comparé le paysage de la zone industrielle de Fort McMurray à la désolation d’Hiroshima au Japon après l’explosion de la bombe atomique en 1945.

M. Wall a fait part de son désaccord avec le portrait de l’industrie des sables bitumineux que brosse le chanteur, mais il a précisé que le Canada est un pays libre où tous sont invités à exprimer leurs opinions.

S’il a reconnu que le pays pourrait en faire davantage pour mieux protéger l’environnement, le premier ministre Wall a affirmé que le bilan du Canada était plus reluisant que n’importe quel autre État exportateur de pétrole du monde.

Neil Young effectue une tournée de quatre villes canadiennes — dont Regina, en Saskatchewan — afin d’amasser des fonds pour une communauté autochtone de l’Alberta située non loin d’un site d’exploitation de sables bitumineux.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!