Alors que Caroline Néron se disait harcelée par Robert Forget, représentant des ventes et importateur de bijoux ayant travaillé pour sa compagnie de joaillerie, Bijoux Caroline Néron (BNC), le juge a plutôt estimé qu’il s’agissait de « manifestations à connotations juridiques de Forget pour signifier qu’il considère avoir été traité injustement ».

Caroline Néron avait mis un terme au contrat verbal du représentant en mai 2009, sans dédommagement, parce qu’elle jugeait qu’il ne connaissait pas suffisamment le produit, et ce, malgré le fait que l’entreprise était passée de 2 à 60 clients en deux ans, avec un chiffre d’affaires de 600 000 $.

Monsieur Forget se serait d’abord adressé à la Commission des relations du travail et à la Commission des droits de la personne, en vain. C’est pourquoi il a finalement fait appel aux petites créances.

Le juge Jacques Tremblay a conclu : « À la résiliation, BCN s’approprie d’un actif que Forget a contribué à bâtir. Pendant qu’il consacrait des efforts pour BCN, il a probablement manqué des opportunités avec d’autres bijoutiers ».

À la suite de l’annonce du jugement, M. Forget s’est contenté de dire qu’il était heureux du message envoyé par le juge.

Rappelons qu’en plus de sa compagnie de bijoux, Caroline Néron a participé à plusieurs séries télévisées et de nombreux films, en plus d’avoir enregistré trois albums.

Crédit photo : Facebook

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!