MONTRÉAL – Plus de 300 films, dont quelque 100 premières, seront présentés à l’occasion des 32es Rendez-vous du cinéma québécois, qui se tiendront à Montréal du 20 février au 1er mars.

Le festival ouvrira avec le plus récent film de Podz, «Miraculum», mettant en vedette Robin Aubert, Marilyn Castonguay, Xavier Dolan, Anne Dorval, Julien Poulin, Gilbert Sicotte, Louise Turcot, Jean-Nicolas Verreault et Gabriel Sabourin, qui signe également le scénario.

«C’est une occasion de faire du rattrapage sur notre année qui vient de passer, et puis en même temps, c’est une autre occasion aussi de voir ce qui s’en vient, a expliqué le porte-parole de l’événement, le comédien Antoine Bertrand. C’est à la fois festif et très diversifié, parce qu’on passe du long métrage au court, à l’animation, au documentaire, ce qui fait qu’il y en a vraiment pour tous les goûts. On a 300 projections de film, je pense que tout le monde a le moyen d’y trouver son bonheur.»

Deux films sélectionnés à la Berlinale 2014, «3 histoires d’Indiens» de Robert Morin et «Que ta joie demeure» de Denis Côté, seront également présentés pendant le festival, tout comme «L’ange gardien» de Jean-Sébastien Lord et «Bunker» de Patrick Boivin et Olivier Laberge.

Quatorze documentaires québécois — courts, moyens et longs — seront au programme du volet «Grandes primeurs documentaires».

Les cinq films finalistes pour le Jutra 2014 du meilleur long métrage de fiction seront également projetés. Le public aura donc l’occasion de voir ou revoir «Catimini» de Nathalie Saint-Pierre, «Le démantèlement» de Sébastien Pilote, «Diego Star» de Frédérick Pelletier, «Gabrielle» de Louise Archambault et «Louis Cyr: l’homme le plus fort du monde» de Daniel Roby, mettant en vedette Antoine Bertrand.

Le porte-parole du festival ne minimise pas l’importance d’un événement comme les Rendez-vous pour «reconquérir le public», qui a quelque peu boudé le cinéma d’ici au cours des dernières années.

«Ça fait partie de l’effort de guerre, a-t-il avancé. Je l’ai peut-être trop dit mais je le redis encore: l’appétit vient en mangeant. C’est difficile de tomber en amour avec une fille si tu ne l’as jamais rencontrée. Si je n’avais pas eu des professeurs qui m’ont (dirigé vers) des films, comme les documentaires de Pierre Perreault ou si je n’avais pas eu un cours de cinéma québécois, peut-être que je serais passé à côté de bien des bonheurs dans ma vie.»

«Il faut provoquer cette curiosité-là», a-t-il ajouté.

Antoine Bertrand invite par ailleurs les festivaliers à participer à un événement spécial prévu pour la Nuit blanche à Montréal, le 1er mars à 23 h: le «Elvis Gratton Picture Show». Une projection-spectacle extérieure gratuite du film de Pierre Falardeau, «Elvis Gratton: le king des kings» aura alors lieu sur la rue Émery. À la manière du «Rocky Horror Picture Show», le public sera invité à dire les répliques de ce film culte à voix haute.

«On le sait, les gens connaissent ce film-là par coeur. On invite les gens à apporter leurs cassettes des Padres contre les Expos parce qu’on va en avoir de besoin», a-t-il lancé.

La programmation complète des Rendez-vous du cinéma québécois est disponible au http://www.rvcq.com.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!