Justin Timberlake a souhaité étouffer un cas de harcèlement sexuel que vivait une employée de son restaurant Southern Hospitality à New York.

En fait, Justin Timberlake n’a rien à y voir, c’est plutôt un de ses associés qui a fait vivre l’enfer à la demoiselle, Alison McDaniel, qui a par la suite porté plainte au tribunal.

La cause remonte à 2009 et devait passer en cour au début du mois. Une entente « à l’amiable » confidentielle a cependant été signée le 4 juin, et la plaignante a laissé tomber la poursuite. Le montant alloué à la jeune femme n’a pas été dévoilé, mais les accusations contre Eytan Sugarman étaient nombreuses.

Celui-ci, copropriétaire du restaurant avec Timberlake et un 3e partenaire d’affaires, Ronnie Kaplan, a été jusqu’à enfermer la victime à clé dans une pièce avec lui et Kaplan, la forçant à regarder de la pornographie.

Alison McDaniel a été promue peu de temps après les premiers incidents au poste de directrice générale du restaurant, mais déclare avoir été « intimidée, harcelée, humiliée et congédiée » parce qu’elle est une femme.

Radar Online rapporte que Timberlake est demeuré ami et partenaire d’affaires avec les deux copropriétaires malgré leur comportement.

Crédit photo : BANG/BIG

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!