Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Éric Goulet, Bertrand Belin, Plaza Francia, Shauit, Ludovic Alarie et Dramatik.

Chapeau
Éric Goulet
Volume 2
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Vol. 2 d’Éric Goulet est country. Pas «folk avec des touches country, c’est tellement tendance». Country. Et c’est bon. La force vient à la fois du style assumé et de l’exécution réussie. Parmi les chansons qui parlent d’amour et de boisson – et qui sont presque toutes à 100% de l’auteur-compositeur-interprète – se glissent même des reprises de Goulet par Goulet. Les fans reconnaîtront La dernière chanson (de l’époque Monsieur Mono) et Comme un cave (de l’ère Possession Simple). Cette dernière revêt si bien ses nouveaux habits de cow-boy qu’on la soupçonne d’être née pour ces arrangements. Parmi nos autres titres coup de cœur: La grande évasion, Le trou de ma guitare et Sers-moi à boire. En spectacle ce vendredi à 19 h.
– Andréanne Chevalier

 

Doux-amer
Bertrand Belin
Parcs
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Si vous ne connaissez pas Bertrand Belin, sensation de la chanson française actuellement, vous trouverez peut-être Parcs un peu monotone au premier abord. Ce n’est qu’après quelques écoutes qu’on prend conscience de la richesse des arrangements, pourtant minimalistes, parfois guitare-voix, mais avec çà et là des claviers bien placés et la voix douce de Tatiana Mladenovitch, qui apporte une jolie lumière sur quelques pièces. Les textes évocateurs, doux-amers, sont portés par la voix grave de Belin, qui rappelle beaucoup celle d’un Leonard Cohen français. À écouter: Un Déluge, Ça Va Ça Va Ça Va Ça Va, et Peggy. En spectacle ce vendredi à 20 h.
– Jessica Émond-Ferrat

 

Tangotons un peu
Plaza Francia
A New Tango Songbook
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Une collaboration entre un groupe de musique tango-électro et une chanteuse de pop-rock? Pourquoi pas! Eduardo Makaroff et Christoph H. Müller, de Gotan Project, ont été séduits par les qualités vocales et le charisme de Catherine Ringer (Les Rita Mitsouko) et lui ont offert d’être la voix de leur nouveau groupe, qui propose un disque fort réussi: A New Tango Songbook. On reconnaît tout de suite les sonorités latines auxquelles nous a habitués Gotan Project, mais cette fois, on a quelque peu délaissé le côté électro et ajouté une touche pop. Bien qu’on sente que l’espagnol ne soit pas sa langue maternelle, Ringer enchante avec sa voix suave aux accents argentins. Plaza Francia sera au Théâtre Maisonneuve le 19 juin à 2 h.
– Rachelle Mc Duff

 

Authentique
Shauit
Shault
NoteNote critiques CD 3.5sur5

Rappeur et reggaeman innu, Shauit ne donne pas dans le déjà-vu, explorant des sonorités riches et chaleureuses. Sur ce EP éponyme, celui qu’on a connu pour ses collaborations avec Samian nous entraîne dans un voyage de cinq morceaux accomplis, sur lesquels il chante, principalement en innu, épaulé par de solides musiciens. Mais tout n’est pas rose dans le monde de Shauit: sur D’une ville à l’autre, il se désole de cette société individualiste qui est la nôtre et a une pensée pour tous ces gens qui cherchent le bonheur sans parvenir à l’atteindre. (Cela dit, une bonne façon de goûter à une parcelle de ce bonheur risque d’être le concert gratuit que l’artiste offrira aux Francos mercredi prochain à 21h.)
– Natalia Wysocka

 

Vaporeux
Ludovic Alarie
Ludovic Alarie
Note: note critiques CD 3sur5

Le guitariste des Loodies se lance avec ce premier disque en français dans une poésie vaporeuse à la Elliot Smith, au risque de tomber parfois dans le nébuleux. Les arrangements, co-réalisés avec le chanteur de Plants and Animals, Warren C. Spicer, surprennent toutefois lorsque les cuivres embarquent et donnent au folk d’Alarie des accents orchestraux, dans le genre Bell Orchestre. On perd un peu les textes par contre, parfois trop chuchotés. C’est dommage parce qu’on adore les envolées vocales, qui évoquent celles d’un Patrick Watson. Parlant du loup, il pousse la note sur la chanson (paradoxalement) Rester Muet. Un bijou de pièce où on a habilement intégré les synthétiseurs. À voir dimanche à 22h sur la Scène SiriusXM.
– Émilie Bergeron

 

Raisonnable
Dramatik
Radiothérapie
Note: note critiques CD 3sur5

Que ce soit en son nom ou avec Muzion, Dramatik a habitué la scène québécoise à du hip-hop de qualité. Radiothérapie, son deuxième album solo, ne fait pas exception. Éclectique, le vétéran de Montréal-Nord trouve ses influences dans la soul, le funk, le rap old school et même le rock, sans perdre ses repères, demeurant toujours cohérent et accessible. Malheureusement, bien que son flow soit entraînant et que ses textes débordent de sagesse, on se demande si, à trop vouloir rester grand public, Dramatik ne nous prive pas parfois d’une prose plus acérée, de rimes plus percutantes. Le MC est en superbe forme, mais serait-il trop gentil?  En spectacle aux FrancoFolies le 21 juin. 
-Maxime Huard

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!