Les membres de Qualité Motel... les mêmes mecs que dans Misteur Valaire

Misteur Valaire devient Qualité Motel et lance le disque Motel Califorña. Attention, c’est du sérieux.

Parce qu’ils ne font rien comme tout le monde, les gars de Misteur Valaire se sont transformés, le temps d’un album, en Qualité Motel, un projet encore plus électro. Sur des beats à tout casser, avec cet humour un peu sale qui leur est propre, ils nous convient à un séjour mémorable au Motel Califorña. Luis (celui à droite sur la photo, avec le beau débardeur beige) explique.

Sur Motel Califorña, vous avez collaboré avec plusieurs artistes [Yann Perreau, Caracol, SoCalled…]. Est-ce vous qui avez mis la musique sur leurs textes ou était-ce l’inverse?
En fait, on avait déjà les maquettes de toutes les chansons. Le 1er février, quand on a commencé à enregistrer, on s’est dit que ce serait le fun d’avoir des collaborations. On avait une vingtaine de jours pour le faire. On s’est demandé quel collaborateur serait intéressant pour quel morceau. On a dressé une liste d’artistes qu’on voulait avoir, on les a contactés, on leur a renvoyé la maquette en leur expliquant quelle avenue on voulait prendre et on leur a dit qu’ils avaient seulement quelques jours pour nous répondre. Ç’a extrêmement bien fonctionné. On est contents.

Vous collaborez également avec la chorale des fermiers de Rosemont…
Oui, c’est une grosse collaboration, effectivement!

Et vous les avez déniché où, ces fermiers?
Ben… dans Rosemont! (Rires) En fait, c’est nous cinq. Mais on s’est plongé dans le mood fermier. On a nommé notre chorale ainsi en cours de route. On s’est rendu compte qu’à chaque fois qu’on intervenait au niveau vocal sur l’album, on nous imaginait avec des fourches.

Sur une des pièces du disque, Béni BBQ demande «Have you found Jesus or Qualité Motel?» Vous trouver, est-ce l’équivalent de trouver Jésus?
Je ne sais pas. Personnellement, je ne l’ai jamais trouvé. Ç’a l’air assez intense. Je ne suis pas sûr que les gens ressentent la même chose quand ils nous découvrent. Mais on est un peu un Jésus à bas prix. On coûte pas mal moins cher.

Parlant de bas prix, allez-vous mettre Motel Califorña en marché de la même façon que les albums de Misteur Valaire, [c’est à dire en en téléchargement gratuit et/ ou selon la formule du payez ce que vous voulez]?

Tout à fait. L’album sort en magasin le 2, ensuite on se laisse jusqu’au spectacle pour lancer le «pay what you want». Entre temps, le disque sera disponible en téléchargement dans le Quartier des spectacles, auprès des bornes-fontaines. Avec un téléphone intelligent, les gens pourront se promener de borne en borne et télécharger nos chansons. On fait ça pour faire marcher les gens un peu. C’est très important qu’ils restent en forme.  

En tant que membre de Qualité Motel, c’est quoi pour vous, un gage de qualité?

Oh… je pense que c’est… quand tu trouves la qualité? Mais il faut rappeler qu’elle n’est pas toujours de qualité, la qualité. On a déjà fait un spectacle, jadis, que l’on n’avait pas vraiment rodé. Il n’était pas nécessairement de qualité audio mais, pour nous, il était vraiment satisfaisant. Ah! Voilà! Je dirais que c’est quand tu peux mettre un sceau de satisfaction sur quelque chose.

Vous préparez présentement un «spectacle immersif». Qu’est-ce que c’est, exactement?
Je ne peux pas parler pour tous les spectacles immersifs, mais le nôtre l’est parce qu’on utilise le merveilleux dôme de la SAT. Tout est à 360 degrés. Les gens sont donc vraiment immergés à l’intérieur du spectacle.

Votre show est classé 18 ans et plus. Est-ce dire qu’il y aura de la nudité?

Wo, on n’y avait pas pensé! On commence la pré-production aujourd’hui [lundi dernier], donc on va décider si on va se dénuder, oui ou non. En même temps, il est tellement de bonne heure que je ne crois pas que nous aurons le réflexe d’enlever nos vêtements.

Qualité Motel
Motel Califorña

En magasin mardi sous étiquette Mr. Label
Spectacle-immersif le samedi 7 avril à la SAT

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!