Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Cyril Mokaiesh, Prairie Cat, Forgotten Fix, Julie Crochetière et MC Mario.

Voulez-vous?
Cyril Mokaiesh
L’amour qui s’invente
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Ex-tennisman s’étant tourné vers la musique, Cyril Mokaiesh symbolise, pour plusieurs, le renouveau de la chanson française. Si, au départ, le style de ce poète parisien à la voix puissante peut sembler particulier – voir: les «lalala» et «blablabla» qu’il lance, presque moqueur, sur Partir –, on ne reste pas insensible à l’élan immense et au souffle tumultueux qui traversent et secouent ce second album solo. Mokaiesh y glisse même une demande en mariage, chantant de toutes ses forces: «Veux-tu m’épouser? Veux-tu m’aimer?» Oui Cyril, on vous aime.
– Natalia Wysocka

 

Rafraîchissant
Prairie Cat
Who Knows Where to Begin?
Note: Note critiques CD 3.5sur5

L’album de Prairie Cat (un groupe mené par Cary Pratt) intéresse l’oreille dès la première écoute. Son indie-pop, sans être exceptionnelle sur le plan musical, est honnête et possède des mélodies accrocheuses. Les textes présentent, eux, une touche de naïveté sympathique. Rien pour créer une révolution, mais les neuf pièces de l’album sont toutes agréables, ce qui n’est pas si commun. On se surprend même à taper du pied en écoutant Beautiful Baby. Une belle découverte.
– Andréanne Chevalier

 

Prometteur
Forgotten Mix
Sans bateau
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Débarqué à Montréal il y a un an, le quatuor synthé-rock ne fait pas naufrage avec Sans bateau, son second EP (déjà!). Trêve de mauvais jeux de mots – il y a fort à parier qu’ils trouveront leur niche sur la prolifique scène mont­réalaise. S’ils disent s’inspirer d’Alt-J et de Crystal Castles, on craque plutôt pour leurs ambiances évoquant celles de Pawa Up First. Les petites folies électros, particulièrement sur You’ll Know it When you See it, nous rappellent les samplings colorés de Misteur Valaire. Lancement officiel le 28 août à 20h30 à la Casa del Popolo.
– Émilie Bergeron

 

Accessible
Julie Crochetière
Counting Dreams
Note: note critiques CD 3sur5

Sur ce quatrième album solo enregistré en une semaine, la chanteuse soul-pop montréalaise Julie Crochetière présente des morceaux épurés d’où sa voix ressort avec d’autant plus de force. Les arrangements de cuivres, pensés en collaboration avec le Quatuor Orphée et Robin Smith, opèrent avec brio pour donner du tranchant à sa chaude voix qui alterne, ni vu ni connu, du français à l’anglais. Malgré parfois un manque de cohésion et un lyrisme exagéré, le tout reste accessible et nous surprend au détour avec des tournures presque sixties.
-Émilie Bergeron

 

Alors on danse?
MC Mario
Summer Anthems 2014
Note: note critiques cd 2sur5

Pour une énième année (soupir), le DJ montréalais MC Mario propose une compilation de remix. Bien qu’on trouve que ce «genre musical» se caractérise par sa capacité à gâcher une bonne chanson, on ne peut nier que le rythme endiablé de cet album donne (un peu) le goût de danser (tout en faisant saigner nos oreilles). Si le remix de #Selfi (The Chainsmokers) est insupportable, ceux de Addicted to You (Avicii) et Knock You Out (Bingo Players) sont tolérables.  À écouter… On ne sait pas trop où! Pour tympans avertis.
– Rachelle Mc Duff

Aussi dans Culture :

blog comments powered by Disqus