Yves Provencher/Métro La chanteuse Fanny Bloom

Pan, le nouvel album fort accrocheur de Fanny Bloom, l’ex Patère rose, fait pop!

Enfant des années 1980, Fanny Bloom a grandi avec une maman qui dansait sur les tubes de Madonna, de Cindy Lauper et de Phil Collins, et un papa qui ne jurait que par Renaud, Brel et autres grands noms de la chanson française.

Pas étonnant que cette ancienne égérie de la formation La Patère rose (alors complétée par certains membres de l’actuel Mister Valaire) donne aujourd’hui dans l’électro chantée. À moins que ce ne soit de la chanson électro? «Hum, excellente question. Je crois que c’est pas mal plus de la chanson sur laquelle j’ajoute des textures par-dessus. Ça part davantage de la chanson française, puis ça devient autre chose», analyse celle qui a commencé à unir ces deux univers à l’époque de La Patère rose sous l’influence de Thomas Hébert et Julien Harbec.

Sur ce second encodé solo, qui pourrait plaire autant aux fans de Cœur de pirate qu’à ceux d’Ariane Moffatt, Fanny voulait donc allier ses deux passions musicales en y ajoutant des influences plus exotiques, plus world que sur son premier disque, en plus d’une section de cuivre.

«Je voulais un mot qui soit court, joli et doux au départ. Je trouvais que ce mot évoquait à la fois le fantastique, l’imaginaire et le merveilleux. Évidemment, cela fait penser à la sonorité de la flûte et il s’agit d’un mot qui est aussi associé au dieu grec du printemps et de la renaissance. Ce à quoi j’associais le projet.» -Fanny Bloom, expliquant pourquoi elle a choisi d’intituler son album Pan.

 

Avec une esthétique estampillée eighties, cette fan finie de la Française Camille visite, de façon autobiographique, les thèmes de la rencontre, de la passion amoureuse, du narcissisme et du déclin des sentiments. Le tout en passant de la ballade à la pop et en faisant appel à des textures dignes des grosses productions, gracieuseté de nombreux amis, dont les potes de Mister Vallaire, qui ont accepté de jouer quasiment à l’œil.

Si l’on se fie aux réactions très positives que suscite le premier extrait de Pan, Piscine, parions que Fanny Bloom, une des chouchoutes de l’influent magazine français Les Inrocks, n’a pas fini de faire danser le Québec et, qui sait, la francophonie.

Pan
En magasin dès mardi
Lancement au Belmont mercredi à 17h

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!