Cette semaine, on craque pour… L’enlèvement de Michel Houellebecq, Pasolini au FNC, le festival du film Au contraire, les tweets de Tina Belcher, le mois d’octobre, Caribou et Selon l’opinion comique.

1. L’enlèvement de Michel Houellebecq
Le film de Guillaume Nicloux commence alors que Michel Houellebecq, le vrai, discute de rénos à faire dans son appart, du stress que lui causent les médias et du côté «surfait de Mozart». La routine, quoi. Et puis, oups, le controversé écrivain français se fait kidnapper par trois gentils malabars. Plus pensionnaire que prisonnier, «Michel» trinquera avec ses geôliers, échangera avec eux sur son processus d’écriture, débattra de la dualité entre style et histoire et en apprendra à son tour sur le body-building. Délicieusement absurde et absurdement divertissant. Présenté au FNC vendredi soir à 17h au Pavillon Judith-Jasmin. (Natalia Wysocka)

2. Pasolini au FNC
Après avoir soulevé les passions avec Welcome to New York, Abel Ferrara revient avec Pasolini. Dans cette œuvre, où l’on sent toute l’admiration qu’il porte à son sujet, Ferrara présente sa vision des derniers jours du mythique poète, scénariste et cinéaste italien. Pour l’occasion, le réalisateur du Bronx renoue avec Willem Dafoe, collaborateur fidèle qui, avant d’interpréter Pier Paolo P. ici, a incarné des hommes vaguement inspirés de Ferrara lui-même dans Go Go Tales et 4:44 Last Day on Earth. Pasolini nage d’ailleurs dans les mêmes eaux, graves et nostalgiques, que 4:44, proposant une méditation sur la mort et sur l’humanité qui fonce tête baissée vers une fin qui ne peut qu’être apocalyptique. À voir dimanche à 20h à Concordia. (Natalia Wysocka)

3. Le festival du film Au contraire
Ce festival méconnu présente, du 22 au 25 octobre au Musée des Beaux-Arts de Montréal, quatre longs métrages documentaires et huit courts métrages sur le thème des maladies mentales, suivis de discussions avec les réalisateurs et des experts en santé mentale. On pourra notamment y visionner Loin d’eux-mêmes, loin des autres (photo), une incursion dans un hôpital psychiatrique, primé aux Hot Docs 2014. On y suit entre autres un patient tourmenté par le meurtre d’un membre de sa famille qu’il a commis dans un état psychotique. C’est une occasion d’écouter des personnes dont les voix sont rarement entendues. (Roxanne Léouzon)

4. Les tweets de Tina Belcher
Son Twitter existe depuis déjà deux ans, mais on y publie régulièrement des perles comme: «Courir semble une bonne idée jusqu’à ce qu’on commence réellement à courir.» @tinatbh est un compte non officiel inspiré de Tina Belcher, l’adolescente assez particulière du dessin animé Bob’s Burger. Tina met des mots sur nos malaises quotidiens. Comme les milliers de personnes qui la suivent sur le réseau social, on s’identifie à son côté désespérément awkward. (Josie Desmarais)

5. Le mois d’octobre
Quand octobre arrive, les Jason, Freddy et Chucky inondent les ondes télévisuelles. Comme on adore les films d’épouvante, on a bien hâte de trembler d’effroi devant le menu épeurant (et parfois dégoûtant) des différentes chaînes de télé américaines ou québécoises. En plus, les bons vieux classiques d’horreur sont tellement drôles à regarder: effets spéciaux douteux, dialogues bidon, personnages benêts. On a bien hâte de regarder en rafale les Amityville en tirant sur notre couverte en polar, blotti dans notre divan. (Rachelle Mc Duff)

6. Caribou
La première chose qui frappe quand on tient entre nos mains le magazine Caribou, dont le premier numéro a été lancé mercredi, c’est à quel point il est beau et esthétique, ce nouveau «magazine de bouffe québécois sans recette» imaginé par Véronique Leduc, Geneviève Vézina-Montplaisir, Vincent Fortier et notre collègue de Métro Audrey Lavoie. Et quand on se plonge dans son contenu hyper intéressant sortant de l’ordinaire qui, pour ce premier numéro, tourne autour des origines, on constate que dans ce cas précis, on peut juger un magazine par sa couverture. À dévorer sans modération. (Jessica Émond-Ferrat)

7. Selon l’opinion comique
Si vous êtes mordu d’actualité et fan d’humour, Selon l’opinion comique est un très bon moyen de concilier ces deux champs  d’intérêt devant la télé. Le principe: l’animatrice Isabelle Ménard (au centre) débat sur l’actu avec ses comparses, l’émission étant ponctuée de stand-ups. Pour la troisième saison, Neev et Simon Gouache se joignent à Kim Lizotte, présente depuis 2012. Après Anaïs Favron, Boucar Diouf et Laurent Paquin, l’équipe reçoit François Bugingo. Samedi à 22h30 à MAtv puis en multidiffusion. (Baptiste Barbe)

On se désole pour…

Ce Tusk de Kevin Smith qu’on aurait préféré n’avoir jamais vu
On aime Kevin Smith d’amour. Genre, je porterais ton enfant d’amour. Clerks fait partie des films qu’on apporterait sur une hypothétique île déserte et Smith, des gens qu’on inviterait – come on, ça va être dément – à nous accompagner au même hypothétique endroit. Pourtant, des scènes de Tusk, son nouveau-né, qui s’avère être, disons, l’équivalent du chérubin de Satan, nous apparaissent encore dans nos cauchemars les plus atroces. Et ce, trois semaines après le visionnement de la chose. Comment le type qui a réalisé Mallrats, donné vie à Jay et Silent Bob et presque réussi à nous rendre Ben Affleck sympathique a pu accoucher d’un truc aussi douloureusement mauvais?! Comment…?! (N’attendez pas la chute. On n’a toujours pas trouvé la réponse.) (Natalia Wysocka)

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!