MONTPELLIER, France – Le guitariste flamenco Manitas de Plata, qui a vendu près de 100 millions d’albums à travers le monde, est décédé dans le sud de la France, à l’âge de 93 ans.

De Plata est mort dans une maison de retraite de Montpellier, tôt mercredi, entouré de sa famille, selon son petit-neveu Ricao Bissiere.

Bissiere l’a décrit comme étant «un grand guitariste et un homme merveilleux qui a ouvert des portes pour la musique gitane».

De Plata a vendu environ 93 millions d’albums au cours de sa carrière, qui s’est étalée sur plus d’un demi-siècle. Bien qu’il ait fait fortune avec sa musique, il serait mort presque sans le sou, selon son neveu, ayant dépensé sa fortune dans «la roulette, les voitures de luxe, les sorties et les jolies femmes».

«Il aimait la vie. C’était un personnage», a ajouté Bissiere.

Né Ricardo Baliardo dans une famille gitane française en 1921, De Plata a appris à jouer de la guitare à l’âge de 9 ans, sans même savoir lire la musique.

Sa musique flamenco a ensuite séduit les foules des cafés de la Riviera française, où les artistes Salvador Dali et Pablo Picasso, l’auteur Jean Cocteau et l’actrice Brigitte Bardot sont allés l’écouter.

Picasso a déjà lancé «cet homme a une plus grande valeur que moi!» lorsqu’il l’a entendu jouer en 1964, où il a dessiné sur sa guitare.

Au moment où son talent est devenu de plus en plus évident, il a changé son nom pour Manitas de Plata, qui signifie «petites mains d’argent» en espagnol.

C’était un homme à femmes légendaire, et De Plata lui-même a déjà admis qu’il ignorait combien d’enfants il pouvait avoir.

Le guitariste a largement influencé les Gypsy Kings et a cimenté sa réputation aux États-Unis après un spectacle au Carnegie Hall de New York, en 1965.

Ses funérailles auront lieu samedi, à Montpellier.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!