Daphné Caron/Urbania Yann Charbonneau

Au hockey simulé, Yann Charbon­neau a autant de pouvoir que Geoff Molson. Dans la vraie vie, il n’est, comme tout le monde, qu’un simple gérant d’estrade.

Vous faites partie de l’Association nationale de hockey simulé. C’est quoi ça?
C’est une ligue de hockey virtuelle où on gère des équipes comme dans la LNH, mais sur l’internet. Ça va du repêchage à la formation de trios en passant par le club-école. On gère aussi l’aspect financier, la masse salariale, les dépenses d’aréna, les commanditaires, etc. On gère même la pression des journalistes en écrivant des articles sur le forum.

Vous pourriez quasiment être le vrai DG du Canadien alors?
Moi, c’est sûr! On ne vit pas exactement ce qu’ils vivent au septième étage du Centre Bell, mais on est pas mal proches. En tout cas, je fais un excellent gérant dans mon salon.

Comment se déroule une partie de hockey simulé?
Le soir, on choisit nos trios, puis, durant la nuit, la partie est simulée grâce à un logiciel qui tient compte des attributs des joueurs.

J’espère que vous avez Sidney Crosby dans votre équipe!
Notre ligue n’a aucun lien avec la LNH; nos joueurs sont fictifs et leurs noms sont générés par ordinateur. Mon meilleur joueur est Branden Yarmuch, un Suédois qui me coûte 8,4 M$ par année.

Quelle place occupez-vous au classement en ce moment?
Je suis éliminé. J’ai perdu en première ronde en prolongation du septième match. J’avais fini la saison quatrième dans ma division.

Qu’est-ce qui vous fait triper là-dedans?
Moi, ce que j’aime, c’est de lutter contre la machine. Je suis un fan de hockey, et les stats, j’en mange. Chaque jour, j’essaie de trouver le meilleur trio en fonction des statistiques de mes joueurs pour gagner.

Combien de temps consacrez-vous au hockey simulé?
Trop! Environ 45 à 60 minutes par soir. Mais avant, c’était pire.

D’après vous, qui devrait coacher le Canadien la saison prochaine?
Faudrait ramener Carbonneau, parce que c’est lui qui a donné la meilleure année au CH depuis longtemps. Je laisserais Roy faire ses classes encore un bout à Québec.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!