Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums des B.B. 25 ans, Lulu Gainsbourg, Elliot Maginot, Deschampsons et Egyptrixx.

Exquise nostalgie
Artistes variés
Les B.B. 25 ans
Note: note critiques cd 4sur5

Les B.B. ont 25 ans et nous offrent un chouette cadeau qui fait vibrer notre fibre nostalgique: un album de leurs meilleures tounes interprétées par une dizaine d’artistes francophones qui ont gardé le côté quétaine des chansons, mais en y ajoutant une touche de leur couleur. Gros coup de cœur pour l’interprétation qu’offre Damien Robitaille de Fais attention. Et qui de mieux que le duo d’humoristes Les Denis Drolet pour se réapproprier la fabuleuse pièce aux paroles absurdes Seul au combat?
– Rachelle Mc Duff

 

xxx
Lulu Gainsbourg
Lady Luck
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Son premier album était fait de reprises des classiques de son immense père. Comme si Lulu Gainsbourg nous disait : «Je suis le fils de Serge. Je le sais. On règle la question. Mais après, on va passer à autre chose. Complètement.» Et c’est ce que le musicien fait sur ce Lady Luck d’une profonde richesse musicale, où il vogue entre les styles, se permettant un duo aux teintes de Broadway avec Anne Hathaway, signant des chansons pop pétillantes, d’autres d’une noirceur enfumée. Oui, Lulu a trouvé sa voix (teintée d’un accent français charmant).
– Natalia Wysocka

 

Envol
Elliot Maginot
Young/Old/Everything.In.Between
Note: Note critiques CD 3.5sur5

C’est avec un premier album aérien qu’Elliot Maginot prend son envol. Il nous offre un disque presque tout en anglais, aux textes accrocheurs et aux mélodies entre pop et folk-rock qui s’imbriquent naturellement les unes dans les autres. Aux premières écoutes, on pourrait presque trouver qu’elles sont trop similaires, mais par la suite, on apprécie l’unité qui nous permet de nous immerger dans l’univers de Maginot. L’artiste ne réinvente peut-être pas la roue, mais il fait preuve d’un étonnant savoir-faire pour ce premier effort.
– Jessica Émond-Ferrat

 

Poivre et sel
Artistes variés
Deschampsons
Note: note critiques cd 2.5sur5

L’idée de réactualiser les chansons d’Yvon pour amener une jeune génération à les découvrir avait son mérite; l’idée d’endimancher ces chansons dans des arrangements d’un autre âge en avait moins. N’en tenons pas rigueur aux interprètes: Damien Robitaille, Vincent Vallières et consorts font ce qu’ils peuvent pour livrer avec originalité des compositions qui accusaient déjà quelques rides. Mais l’ensemble fleure bon une nostalgie qui plaira davantage aux têtes grisonnantes qu’à la jeunesse. Un peu pépère, quoi.
– Sébastien Tanguay

 

Bruit
Egyptrixx
Transfer of Energy [Feelings of Power]
Note:

De l’industriel au rythme lent? De la transe sans passion? Difficile d’être en accord avec les étiquettes données au petit dernier d’Egyptrixx. Les extraits s’étirent avec peu de transitions: ça cogne, ça claque, ça vibre jusqu’à ce que la tension soit insoutenable. Si les textures métalliques et l’esthétique froide de cet album sont bien réussies, on conçoit mal vouloir l’écouter pour le plaisir. On l’imagine plutôt figurer dans la bande sonore d’un jeu vidéo futuriste ou d’un thriller angoissant.
– Josie Desmarais

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!