Photo: André Cornellier Louise Lecavalier dans So Blue

Les spectateurs présents à So Blue, vendredi au Théâtre Outremont, n’arrêtaient pas d’applaudir Louise Lecavalier et Frédéric Tavernini après avoir été captivés pendant une heure par les mouvements frénétiques des danseurs sur fond de musique électro. Et comme eux, on était soufflé par la performance qu’on venait de voir.

Généralement, après un spectacle, on assiste à une série d’applaudissements et un salut des interprètes. Souvent, à une deuxième série d’applaudissements et un deuxième salut. Vendredi, les spectateurs debouts ont offert de si nombreuses minutes d’applaudissements qu’on a perdu le fil du nombre de retours sur scène des artistes pour saluer la foule (était-ce quatre ou cinq?).

Chorégraphié par Lecavalier, So blue se décline en plusieurs tableaux de mouvements, la plupart très rapides, frénétiques et hyper précis. Des pulsions intenses. Des mouvements qui rappellent des mouvements qu’on peut faire tous les jours, mais exécutés de façon si physique et compulsive qu’ils sont comme un cri du cœur.

Seule sur scène pour les premiers tableaux, Lecavalier apparaît vêtue de «sweat pants» et d’un simple t-shirt (quoique conçus par Yso), et happe toute l’attention. On cherche à comprendre une signification, un fil conducteur à l’œuvre, mais c’est probablement une erreur. On est en face de quelque chose de brut. Comme des «twitchs» d’émotions qui surgissent.

L’arrivée sur scène de Frédéric Tavernini amène quelque chose d’un peu plus fluide à l’ensemble. La dynamique entre les deux interprètes évolue. Au départ un peu chacun de leur côté, ils passeront de l’indépendance à la dépendance, conservant une dynamique captivante.

Dans la région montréalaise, So blue ira visiter prochainement Sainte-Thérèse (20 février, Théâtre Lionel-Groulx), Laval (28 février, Maison des Arts) et Longueuil (12 mars, Théâtre de la Ville).

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!