Walt Disney pictures Richard Madden, le Robb Stark de Game of Thrones, devient le Prince charmant de Cinderella sous la direction de Kenneth Branagh.

Richard Madden, connu pour son rôle de Robb Stark dans la série de HBO Game of Thrones, est le Prince charmant de la relecture de Cinderella (Cendrillon) qu’a faite Kenneth Branagh pour Disney. Le bel Écossais de 28 ans s’est entretenu avec Métro.

Avez-vous une impression de déjà-vu? Dans Game of Thrones comme dans Cinderella, vous jouez un prince qui tombe amoureux d’une roturière…
Pas du tout! Ce sont des personnages différents, qui évoluent dans des circonstances différentes. S’il y a un parallèle à faire entre eux, il est à chercher dans le fait que chacun suit son cœur plutôt que sa tête. Et ce sont deux bonnes personnes qui savent faire la différence entre le bien et le mal. Mais ça s’arrête là!

Robb Stark serait-il séduit par Cendrillon?
Je crois qu’il l’aimerait, oui. Qui n’aimerait pas Cendrillon? Mais j’imagine qu’il serait difficile pour Cendrillon de vivre dans le monde de Robb, et vice versa.

Vous jouez un prince, et les filles rêvent de vous en tant que prince. Ressentez-vous une certaine responsabilité face à vos admiratrices?
J’ai l’impression que la responsabilité revient plutôt aux garçons qui vont voir le film. Je crois qu’on n’a jamais vu un personnage de prince comme celui-là, qui ait autant de substance. Quand j’étais très jeune, les films de Disney m’ont appris beaucoup sur l’amour, la perte, le bien et le mal, la tristesse et le bonheur. Cendrillon est une femme merveilleuse, un personnage parfait. Ma plus grande responsabilité était de créer un homme qui mérite une femme comme elle, et, je l’espère, d’apprendre aux jeunes à agir de façon respectueuse envers les femmes.

Ce rôle vous a-t-il influencé dans votre propre vie?
Oui. Chaque expérience m’influence. Être sur un plateau comme celui-là permet d’apprendre beaucoup, surtout que j’étais entouré de gens comme Kenneth Branagh, Stellan Skarsgård, Derek Jacobi – et Cate Blanchett, une vraie star de cinéma. C’était comme une classe de maître sur le métier d’acteur, sur la façon de se comporter sur le plateau et entre les prises.

Pour le prince, voir Cendrillon enfiler la pantoufle de verre était suffisant; il savait que c’était «la bonne». Vous, quels sont vos critères?
Je cherche quelqu’un comme Cendrillon, une personne gentille, drôle, aimante, jolie, qui me soutienne et qui fasse ressortir le meilleur de moi-même, quelqu’un qui me fasse rire.

Vous avez été marié deux fois à l’écran. Quelle est votre attitude face au mariage?
Un de mes mariages s’est très bien terminé. L’autre… plutôt mal! Alors je suis mitigé. Je ne suis pas religieux, donc le mariage n’a pas de signification pour moi sur ce plan-là. Mais le mariage de mon meilleur ami, auquel j’ai assisté, était magnifique, simplement parce que tout le monde était heureux. Et les mariés voyaient ça comme ça: «Nous nous aimons, nous voulons passer notre vie ensemble et nous aimerions partager notre bonheur avec vous, nos amis.»

Nous vivons dans un monde très cynique. Croyez-vous que Cinderella puisse guérir un peu les gens de ce cynisme? Est-ce que ça aidera ceux qui le verront à croire de nouveau en l’amour?
Guérir est un mot fort. Le message véhiculé par le film, c’est qu’il faut être courageux et bon. Et si nous étions tous un peu plus braves, un peu plus aimables envers les autres, tout le monde en tirerait des bénéfices. Nous pouvons apprendre du personnage de Cate Blanchett [la méchante marâtre]. Elle a perdu l’amour de sa vie, mais elle a deux filles en santé. Pourtant, elle voit les choses de manière très noire. Elle pense que sa vie est horrible et elle la déteste. En réalité, c’est la vie de Cendrillon qui est vraiment horrible, au départ – elle n’a rien. Mais elle réussit à trouver ce qu’il y a de beau dans les petits bonheurs du quotidien. Et qui sait, si nous faisions tous comme elle, peut-être que tout le monde serait beaucoup plus heureux? C’est un peu idéaliste, mais je crois vraiment que le bonheur dépend de la façon dont on voit la vie. Il vaut toujours mieux s’attarder aux bons côtés d’une situation, se concentrer sur ce qui va bien et non sur ce qui va mal.


Cinderella
En salle dès vendredi

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!