Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Heymoonshaker, Joel Plaskett, Purity Ring et Ariane Moffatt.

Beatbox blues
Heymoonshaker
Shakerism
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Le blues quitte définitivement la véranda mississippienne de Big Papa Joe avec les deux Anglais d’Heymoonshaker: une guitare aux accents folk-rock, une voix qui se désâme à chaque son et du beatbox tout partout suffisent pour qu’Andrew Balcon et Dave Crowe dérident ce style qui prend facilement la poussière. Un mélange joyeusement délinquant, tout à fait réussi, qui fait flirter le blues avec une modernité inespérée. Et un premier album qui nous donne le goût de les voir s’amener à Montréal!
– Sébastien Tanguay

 

Joyeuse confusion
Joel Plaskett
The Park Avenue Sobriety Test
Note: Note critiques CD 3.5sur5

Ça commence sur une note mélancolique, ça se poursuit avec un violon folklorique entraînant, puis avec un rock bien rythmé, avant de retourner à la ballade indie évoquant Andrew Bird… Bref, les ruptures de ton sont fréquentes dans ce quatrième album solo du musicien néo-écossais, ce qui en rebutera peut-être quelques-uns, mais en charmera d’autres. En outre, l’album vaut le détour pour ses textes bien ficelés, souvent empreints d’humour (on pense à Song for Jersey et Broken Heart Songs). Un joyeux fouillis festif et assumé.
– Jessica Émond-Ferrat

Battements de cœur
Purity Ring
Another Eternity
Note: note critiques CD 3sur5

Après Shrines, audacieux premier long jeu paru en 2012, Purity Ring ramène son électro brumeuse aux pulsations envoûtantes. Sans étonner autant qu’au moment de son apparition, le duo originaire d’Edmonton signe un album qui ne verse pas dans la facilité, légèrement plus pop, où le synthé doux déboule en cascades et où Megan James et sa voix délicate nous laissent toujours entendre, fort contraste, des paroles teintées de cruauté, où les scènes de noyade côtoient les allusions au corps humain et aux os qui craquent. Comme nous pour la chose?
– Natalia Wysocka

 

Aérien
Ariane Moffatt
22h22
Note: note critiques CD 3sur5

C’est un album très personnel que nous offre Ariane Moffatt avec 22h22, l’heure à laquelle, un soir, six mois après la naissance de ses jumeaux, elle a reçu l’appel irrésistible de la musique. Son rôle de mère inspire plusieurs de ses chansons. La sonorité de ce cinquième opus est très aérienne, très organique. Peut-être un peu trop à notre goût. Pas qu’on n’aime pas l’électro, mais on la préfère dans la pop, comme dans la pièce Miami, la plus chouette de l’abum. La force de l’artiste: le lyrisme de sa plume.
– Rachelle Mc Duff

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!