Jonathan Laflèche/collaboration spéciale Jeffrey Piton offrira une prestation au Théâtre Corona mercredi à 18h30.

Jeffrey Piton, que le public a connu dans la première édition de La Voix dans l’équipe de Marie-Mai, lance son premier album en français, La transition.

Déjà deux ans se sont écoulés depuis le passage de Jeffrey Piton à La Voix. Deux années qui n’ont pas été de trop pour concocter son premier album complet, fait remarquer le jeune homme: «Ç’a été beaucoup plus long que je pensais, mais je suis content parce que j’ai pris le temps de le faire vraiment comme je voulais, de faire de la recherche sonore, dit-il. Je le réécoute d’un bout à l’autre et j’ai l’impression de me promener [dans différents atmosphères]. Il y a des pièces guitare-voix, d’autres qui bougent un peu plus… Comme il y a 12 chansons, ça m’a laissé de la place pour toucher à tout.»

Avant son passage dans l’équipe de Marie-Mai, Jeffrey Piton avait déjà à son actif deux minialbums en anglais. Entièrement en français, La transition était donc une première de ce côté également. «Avec La Voix, j’ai pris le goût au fait de chanter en français, explique-t-il. L’album s’appelle La transition parce qu’il est né d’une grosse période de remise en question. Je me suis demandé si je devrais faire un album bilingue, ou seulement en français… Mais j’avais beaucoup de pièces en français, donc je me suis dit que faire l’album au complet dans cette langue serait plus assumé.»

Un choix qui l’a déstabilisé («dans le bon sens», assure-t-il): «J’étais rendu pas pire en anglais, j’avais pogné le tour, je savais ce que j’aimais, où m’en aller avec ma chanson, alors qu’en français, je n’avais plus de points de repère. Même la prononciation et le timbre de voix changent. Cela dit, ça m’a permis de retravailler sur des trucs que je tenais peut-être pour acquis en anglais. Tu peux moins faire n’importe quoi avec les mots en français.»

Un changement qui s’est aussi fait sentir dans ses textes, fait-il remarquer. «Mes sujets de chansons sont plus introspectifs, plus personnels; en anglais, j’y allais de manière un peu plus générale pour que la personne qui écoute puisse prendre ça dans le sens qu’elle veut. Là, je me suis inspiré davantage d’expériences personnelles, de ma vie privée, de toute l’aventure de La Voix. Ç’a été l’fun d’écrire là-dessus, j’avais beaucoup de choses à raconter.»

«Dernièrement, j’ai fait une série de spectacles en première partie de Kaïn et j’ai “cassé” des nouvelles chansons en formule guitare-voix. C’est là que tu sais si ça fonctionne, et ça aide la confiance et l’assurance.» – Jeffrey Piton, qu’on a vu aussi en première partie de spectacles de Dumas, Pascale Picard et Éric Lapointe

Rencontre marquante
Le passage du chanteur originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu à La Voix aura aidé La transition à voir le jour, entre autres en raison de la rencontre de Jeffrey avec David Laflèche, son réalisateur, aussi directeur musical de l’émission.

«Quand j’ai été éliminé, David m’a dit: “Viens chez moi, on va faire des chansons ensemble”, et ç’a cliqué. J’enregistrais des maquettes, je les envoyais à David, et quand on est entrés en studio en janvier, on s’est assis ensemble et on a juste trouvé des idées et construit là-dessus, se souvient l’artiste. On pouvait aller un peu où on voulait parce que la direction artistique était assez claire dans les maquettes. David est très attentif, il lit bien ce que tu veux véhiculer comme message autant dans le texte que dans la musique. Il m’a beaucoup aidé.»

Jeffrey Piton La transitionLa transition
En magasin dès mardi
Lancement au Théâtre Corona mardi à 18h30

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!