Cette semaine, on craque pour… Yinka Shonibare MBE au DHC/ART, les jeunes au Bordel, le legs de Charb, Cherry Chérie, tauberbach au FTA, Six minutes et Mon ex à moi.

1. Yinka Shonibare MBE au DHC/ART
Couleurs chatoyantes, sons d’opéra, références à Kant, à Francisco de Goya, à la Révolution française, au Lac des Cygnes, à Andy Warhol, à Verdi… C’est une œuvre riche, évocatrice et puissante que propose Yinka Shonibare MBE. Un artiste londonien d’origine nigériane qu’on apprend à connaître ces jours-ci grâce à l’expo Pièces de résistance, organisée par la Fondation pour l’art contemporain DHC/Art, sise dans le Vieux-Montréal. Interrogeant les concepts d’identité et de culture, jouant avec les perceptions, utilisant la vidéo, la peinture, la photo, des mannequins et des maquettes, attirant l’œil avec ses teintes vives, ses décors chics, Yinka offre un regard critique, social et politique sur des événements historiques malheureux, dénonçant les inégalités. Percutant. (Natalia Wysocka)

2. Les jeunes au Bordel
Dans le nouveau cabaret dédié à l’humour au 312, rue Ontario Est, la relève est parfois bien près d’accoter les Ward, Barrette et autre Bellefeuille. En tous cas, quand on y est passé un vendredi soir de mai, les zygomatiques ont été très sollicités. Problème, comme la programmation n’est jamais donnée à l’avance et qu’on a la mémoire aussi défaillante qu’une tête grise, on n’a pas retenu leurs noms! Faudrait que les gérants du Bordel remédient à cela, et vite! (Mathias Marchal)

3. Le legs de Charb
Nous avons été des millions à être Charlie l’instant d’une marche ou d’un statut sur Facebook. L’émotion et l’effet de mode passés, qu’en reste-t-il? Charb met des mots sur ce que nous défendions dans sa Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes, parachevée par le défunt rédacteur en chef de Charlie Hebdo deux jours avant sa mort. En moins de 100 pages, Charb déboulonne la détestable affirmation voulant que Charlie Hebdo ait couru au-devant des balles en multipliant les «provocations», tout en offrant un vibrant plaidoyer pour la tolérance et l’égalité. Essentiel. (Sébastien Tanguay)

4. Cherry Chérie
J’entends la bête, le premier album complet de Cherry Chérie lancé mardi dernier, a le potentiel de donner un côté rétro à vos partys de terrasse cet été. C’est toutefois sur scène que le rock’n’roll du quatuor montréalais se savoure le mieux. Les gars débordent d’énergie, d’humour et de «steppettes». Impossible de ne pas avoir le sourire aux lèvres et de ne pas se déhancher sur leurs rythmes des années 1950 et 1960. Ils offriront plusieurs prestations cet été partout au Québec, dont le 2 juillet à midi au square Victoria, à Montréal. Sortez vos robes à pois et votre brillantine! (Roxane Léouzon)

5. tauberbach au FTA
C’est ce soir que le très attendu tauberbach du chorégraphe belge Alain Platel prend possession du Monument-National. Les Ballets C de la B nous convient dans un dépotoir composé de cinq tonnes de vêtements; c’est dans ces piles d’ordures que le chorégraphe a décidé de sublimer la fragilité humaine. Six personnages feront leur terrain de jeu de ces rebuts, alors que Jean-Sébastien Bach sera fredonné par des sourds. Troublant, intrigant : assurément un des spectacles phares de cette 9e édition du FTA. (Sébastien Tanguay)

6. Six minutes de Chrystine Brouillet
Retour de l’été? Retour de Graham. Pour ce premier roman publié aux éditions Druide, après son départ de La courte échelle, Chrystine Brouillet signe une enquête qui se déguste comme sa renommée détective déguste les bouchées de burrata sur fond d’artichaut. Se déroulant entre Toronto, Saratoga, Limoilou et Montréal, ce nouveau volet, qui explore le dur sujet de la violence conjugale, est marqué par l’arrivée d’un nouveau personnage dans la famille, la mort d’un collègue, les remises en question, l’âge, le passage du temps. Fidèle à elle-même, la reine du polar québécois partage dans ces pages ses propres passions: pour la gastronomie et les animaux, bien sûr, mais aussi pour l’art, faisant un clin d’œil à un tableau d’Utrillo, à la beauté des paysages. Beau, en effet. (Natalia Wysocka)

7. Mon ex à moi sur le web
Ceux qui n’ont pas accès à Séries + sur leur téléviseur et qui auraient bien voulu suivre les mésaventures d’Amélie (Sophie Desmarais) dans son entreprise déterminée (et un brin névrosée) pour reconquérir son ex François (Jean-François Nadeau) dans Mon ex à moi peuvent se réjouir, et se rattraper : la comédie signée Émilie Fanning est en ligne sur le site web de Séries +, et ce, jusqu’au 23 juin. Une série sympathique, drôle et rafraîchissante dans laquelle chacun trouvera sans doute de quoi se reconnaître au moins un petit peu. (Jessica Émond-Ferrat)

On se désole pour…

Point Break… 2?!?
La bande-annonce du nouveau Point Break est parue cette semaine, et on aurait préféré être en vacances au Kirghizistan. Malheureusement, on était à Montréal et on l’a vue, alors parlons-en! Prenez le plus mauvais Fast & Furious, ajoutez-y un acteur australien peu connu, des paysages à la «James Bond fait du ski», de la musique techno-drama, et des proverbes anciens tels que «Il y en a qui ne craignent pas la mort, car ils craignent bien plus de ne pas avoir vécu», et vous obtenez «le succès» du temps des Fêtes 2015. Le coup de grâce pour nous vient surtout du fait qu’on devra dorénavant dire «As-tu vu le premier Point Break?» alors qu’il ne devrait y avoir qu’un seul Johnny Utah et qu’un seul Point Break! Patrick Swayze doit se retourner dans sa tombe! (Chloé Freslon)

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!