Chantal Lévesque/Métro Bernhari

C’est presque rendu incontournable quand on parle de spectacles donnés par des artistes en période de festival : il faut (faut!) faire une référence à la météo. Ne dérogeons pas à la tradition : mardi en fin d’après-midi, le soleil est sorti juste à temps pour le doublé Bernhari – Philémon Cimon. Beau.

Ce n’était pas leur «show officiel», mais les deux auteurs-compositeurs-interprètes ont présenté chacun leur tour au Pub Rickard’s un avant-goût de ce qu’ils offriront au cours de leur gros concert en extérieur. Un gros concert qui se tiendra ce samedi à 22 h pour Bernhari. Et ce soir à la même heure pour Philémon.

Bref, pas grave si ce l’était, justement, bref. En quatre chansons et une vingtaine de minutes bien tassées, Bernhari nous a rappelé pourquoi on a été si renversée à la sortie de son album éponyme à la fin de l’été dernier. Accompagné de ses musiciens, dont le guitariste Emmanuel Ethier qui a également réalisé ledit long jeu, celui qui jouait, comme il l’a rappelé, pour la première fois aux Francos a commencé par Sagard. Puis il a balancé des Missiles. Et «un p’tit piano-voix», Je n’oublierai jamais, faisant résonner le morceau dans toute sa pure poésie. Avec sa présence scénique et sa voix habitée, le multi-instrumentiste montréalais a clos son set éclair avec la pièce du tonnerre Krychkova.

Philémon Cimon a suivi. L’artiste au timbre magique a lancé sa prestation avec Soleil blanc, avant de procéder à un réajustement côté son. «On était en zone de flou. C’est cool, les zones de flou», a-t-il remarqué une fois le souci réglé. Rires du public. «Je ne suis pas tout seul à aimer ça, à ce que je vois!»

Après avoir livré une Chanson pour un ami, tirée de son second disque encensé L’été, PC a annoncé «d’autres vieilles tounes classiques», en opposition aux nouvelles issues de son troisième album, à venir sous peu. Ainsi donc, parmi celles-là, il a choisi l’enveloppante Chose étrange et la cristalline Je veux de la lumière. Puis, le musicien au chic polo rouge a salué les deux fidèles comparses qui l’accompagnaient sur scène et auxquels il a donné «des noms de Wu-Tang. Évidemment.» À savoir Philippe «Mad Prime» Brault à la basse et Nicolas «Soul Master» Basque à la guitare. En guise de conclusion, le trio nous a conviés Au cinéma, avant que Philémon nous convie, lui, à sa seconde prestation donnée dans le cadre du festival. «Venez voir le show demain; ça va être bon!» a-t-il promis.

Demain étant aujourd’hui, on réitère : «Venez voir le show, ça va être bon.»

Mercredi aux Francos
– Les Chercheurs d’or et Joseph Edgar, à 17 h au Pub Rickard’s
– Rosie Valland, à 19 h sur la Scène SiriusXM
– BélO, à 20 h sur la Scène Hydro-Québec

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!