evenko / Tim Snow The Franklin Electric

Il était… comment dire?… royal. Oui, vraiment royal, l’accueil que moult et moult gens ont réservé aux indie-folkeurs de la scène locale sur la scène verte. C’était l’après-midi, on était encore en mode relaxe, et les Franklin E. ont lancé leur set, délicatement et harmonieusement. Si on voulait faire de la philosophie du lundi, on dirait que cette montée était un peu à l’image de celle, progressive et en douceur, qu’a connue la popularité du groupe, le succès d’estime discret laissant place à une reconnaissance et à un amour de plus en plus grand. Un amour réciproque aussi. Jon Matte, le chanteur, guitariste, claviériste, trompettiste, sympa et pas stressé, a d’ailleurs dit un gros merci au Québec pour tout le «love» que la province lui a donné depuis 2012. Et, peut-être pour lui en rendre un peu, de cette affection, en plus des chansons tirées de leur premier et unique album, This Is How I Let You Down, Jon et sa bande nous ont offert, cadeau!, des morceaux inédits. Tout en nous annonçant, deuxième cadeau!, que dans un mois, ses potes et lui seraient cloîtrés en studio pour sortir un nouveau long jeu. Ben là, Jon! Merci!

Photo: evenko / Tim Snow

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!