On retenait notre souffle quelques semaines avant la venu de Motörhead à Montréal. On les voyait annuler ou bien écourter quelques spectacles à cause de l’état santé du chanteur Lemmy. On se croisait les doigt que tout allait bien se dérouler pour les voir se produire en ville. Et c’est avec soulagement et excitation qu’on se présente au magique théâtre l’Olympia vendredi pour voir ce mega spectacle avec Anthrax et le groupe Québecois Dance Laury Dance en première partie. Pas surprenant que le spectacle ait affiché complet!

Déjà pour Dance Laury Dance il y a file dehors… on veut des bonne places pour admirer l’iconique Lemmy en personne! Et on encourage la scène locale. Bon show, la foule embarque!

Quand Anthrax monte sur scène on est fébrile, même si ça fait 3 fois en un peu plus d’un an qu’ils se produisent dans la métropole. Ils enchaînent les hits tels que Caught In a Mosh, Got the Time, Antisocial pour terminer avec Indians. La foule capote et chante avec le groupe. On aperçoit des spectateurs debouts sur la mezzanine. Les solos de guitare s’enchaînent et on en raffole. Il y a une énergie folle sur scène et il fait très chaud dans la salle.

Et finalement, juste avant 22h, le légendaire groupe monte sur scène. La foule crie «Lemmy, Lemmy». Fidèle à son image, il reste de glace… mais on réussit à apercevoir quelques petits sourires. Le chanteur ne bouge pas du tout sur scène, conservant cette posture qu’on lui reconnait bien. Le guitariste Phil Campbell, qui est avec la formation depuis 1984, met un peu de vie sur scène. Il approche la foule régulièrement.

Tout un contraste sur scène avec Anthrax… on se concentre sur la musique et non le spectacle. Lemmy s’adresse à la foule de façon continue, il a de la jasette le Monsieur… Quand il annonce Ace of Spades, la foule part en folie! Toue le monde chante, danse et se fait aller la tête… c’est sublime.

Avant la dernière chanson on présente les 3 membres du groupe et quand on présente Lemmy, on a droit à une méga vague de signes du diable, avec des cris: «Lemmy, Lemmy».

À la fin, l’iconique chanteur clôt le spectacle: «Don’t forget us, we are Motörhead», lance-t-il. En tout ils auront joué juste à peu près une heure mais wow… on en sort comblés. On retourne à la maison épuisés de notre excursion dans le passé.

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!