Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Tiken Jah Fakoly, HHQC, Beat Market et Gary Clark Jr.

Métissé
Tiken Jah Fakoly
Racines
NoteNote critiques CD 3.5sur5

Près de 30 ans après ses débuts, l’Ivoirien qui crée un reggae engagé Tiken Jah Fakoly rend hommage à ses prédécesseurs jamaïcains. Racines reprend des classiques (pour la plupart des années 1970) de Bob Marley, Peter Tosh, Burning Spear, Max Romeo et cie, et les arrange à l’africaine avec kora, n’goni, sokou et percussions. Le résultat se tient très bien. Mais le reggae jamaïcain, bien que revendicateur, est plutôt smooth. Et nous, on s’ennuie de la voix unique de Fakoly à propos de l’Afrique; de son cœur, de ses couleurs et de sa fougue.
– Andréanne Chevalier

 

Florilège
HHQC
La force du nombre 2
Note: note critiques CD 3sur5

Dans chacune de leurs éditions, les compilations HHQC font connaître depuis plusieurs années maintenant un florilège hétéroclite d’artistes hip-hop québécois. Du meilleur comme du pire, du vieux comme du neuf; on ne sait jamais exactement ce qui nous attend, et La force du nombre 2 n’y fait pas exception. Parmi d’excellentes trouvailles de Webster, Taktika ou Sozi, on accroche toutefois sur des retrouvailles difficiles avec les vétérans Sans Pression (qui nous offre l’insignifiante Le Bread) et Imposs, dont la pièce Lourd porte un peu trop bien son nom. Intéressant, mais inégal.
– Maxime Huard

 

Danse, bébé, danse
Beat Market
Sun Machine
Note: note critiques CD 3sur5

C’est un album qui a été créé pour faire danser, et ça paraît. Le duo électro Beat Market, composé de Louis-Joseph Cliche et de Maxime Bellavance, qui a déjà été surnommé le «Daft Punk montréalais», renoue avec ses synthétiseurs pour un deuxième opus. Ce mélange de beats rétros et futuristes commence en grand avec la première pièce, Dune. Malgré une certaine recherche musicale et des rythmes texturés, il s’agit peut-être d’un album à déguster en plusieurs écoutes, un party à la fois.
– Camille Laurin-Desjardins

 

Talent garroché
Gary Clark Jr.
The Story of Sonny Boy Slim
Note: note critiques CD 3sur5

On s’entend: Gary Clark Jr. est bel et bien le guitar hero que tous vénèrent. Du talent, Clark Jr. en a derrière une six cordes. Mais le talent n’est pas grand-chose sans une direction solide; aussi nous demandons-nous où diable Clark Jr. peut bien vouloir nous amener avec son Story of Sonny Boy Slim. Du blues, du country, de la ballade, du pop et du hip-hop: quelle étrange soupe musicale que voilà! L’émotion se perd dans ce fourre-tout dopé à la distorsion. Et la voix de fausset qu’il s’entête à pépier chanson après chanson n’arrange rien à l’affaire. Du talent, oui: encore faut-il être à sa hauteur!
– Sébastien Tanguay

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!