Collaboration spéciale L’animateur de Gang de malades, Pierre Hébert, entouré de son équipe de comédiens

Une émission où on recourt à des caméras cachées pour permettre à des personnes handicapées de piéger des gens. C’est le pari (risqué) qu’a pris Z Télé avec sa nouvelle émission Gang de malades.

Une jeune femme avec un bras en moins et de petites jambes qui se magasine un lavabo «pour se laver» et demande l’aide d’une commis dans une quincaillerie pour évaluer si elle «rentre dedans». Un homme sans bras qui reçoit dans un colis une jambe artificielle à la place de deux bras. Voilà quelques gags réussis – aux dépens de victimes qui tentent de cacher leur malaise en offrant leur aide – qu’on peut voir dans les premiers épisodes.

La boîte KOTV, qui nous a d’ailleurs donné les savoureux Détestables, mettant en scène des personnes âgées irrévérencieuses dans des gags faisant appel à des caméras cachées, admet que la prémisse de Gang de malades était très risquée.

«C’est sûr que quand on explique le concept, on sent que les gens sont mal à l’aise. C’est dangereux», dit le comédien et auteur Louis Morissette, président de la boîte de production, qui a lui-même une sœur atteinte de paralysie cérébrale.

Les concepteurs de cette émission originale disent avoir travaillé de concert avec des associations de personnes handicapées dès le départ – pour le titre, entre autres –, afin de s’assurer de ne se mettre personne à dos.

Le désir que l’émission soit réalisée avec respect transparaît dans les deux premiers épisodes que nous avons visionnés hier, et les gags nous ont arraché plusieurs rires francs.

«C’est notre gang de malades qui a du fun. Ils prennent leur revanche pour toutes les fois où ils ont fait rire d’eux!» – Pierre Hébert, animateur

Esprit de gang
Les sketchs sont ponctués d’interventions de l’animateur, l’humoriste Pierre Hébert, qui les contextualise.

«Il y a vraiment un esprit de gang qui s’est créé avec Pierre, explique le producteur au contenu, Dominic Anctil. Ce sont nos acteurs qui font le gag ensemble, ce n’est pas une production qui les utilise.»

Les cinq nouvelles vedettes de la caméra cachée qui étaient sur place au visionnement de presse, hier, avouaient ne pas avoir eu trop d’appréhensions.

«Je n’avais pas peur, au contraire, a confié Tania Roy, qui est devenue aveugle il y a près de 20 ans. Pour une fois qu’on nous permet de faire quelque chose à la télé,
chapeau!»

«On ne rit pas des personnes, a ajouté Gabriel de Villers-Matte, atteint de trisomie 21. On rit des blagues, et de toi qui la subis, parce que tu es aussi niaiseux que les autres, dans le fond!»

Gang de malades
À Z Télé
Les lundis à 19h30 dès le 26 octobre

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!