Les films Séville Michael Fassbender dans le rôle-titre de MacBeth, aux côtés de Marion Cotillard

Michael Fassbender, qu’on retrouvera en mai dans X-Men: Apocalypse, s’attaque à un monument de la littérature en incarnant Macbeth aux côtés de Marion Cotillard. Rencontre.

Macbeth est un personnage iconique. Comment l’avez-vous appréhendé?
Comme un homme moderne: c’est ni plus ni moins qu’un soldat souffrant d’un syndrome post-traumatique après avoir bataillé pendant des années, fracassé des crânes avec des pierres, vu le sang couler à flots… Quand il rentre à la maison auprès de sa femme, c’est le coup de massue: il est confus, il pense qu’il ne survivra qu’en continuant à tuer, et sombre dans la folie.

Jouer un des plus grands personnages de Shakespeare, est-ce que c’était un fantasme d’acteur?
Ce n’était pas une obsession: là où j’ai grandi, en Irlande, Shakespeare était surtout un auteur obligatoire à l’école, rien de plus. Et puis, à 19 ans, je suis parti étudier l’art dramatique à Londres et j’ai commencé à le découvrir différemment, à comprendre quel génie il était. C’est un honneur de faire partie de sa troupe.

Et ça met de la pression?
Bien sûr, mais ça fait partie du plaisir. Le plus complexe, c’est le langage: trouver le ton, le tempo, m’a demandé un travail de titan. Je voulais que les spectateurs oublient qu’ils étaient en train d’écouter du Shakespeare, je voulais qu’ils ne voient plus que la modernité du propos.

Et quelles étaient les conditions de tournage en Écosse?
Difficiles. Avec l’Irlande, je suis habitué à la pluie et au vent, mais c’était assez extrême: nous étions en permanence frigorifiés, trempés… Cela dit, ça met aussi dans un état de nervosité et de fébrilité dont profite le personnage.

Un mot sur votre partenaire, Marion Cotillard?
C’est juste la meilleure. J’ai rarement travaillé avec des comédiennes aussi engagées. Elle peut tout être à la fois: fragile et résiliente. Elle est aussi capable d’apporter de la simplicité dans des partitions très complexes. Et puis, Marion sait écouter: c’est une partenaire de jeu idéale.

Que vous avez retrouvée dans Assassin’s Creed, également réalisé par Justin Kurzel?
En effet, mais je ne peux rien vous dire sur ce projet. C’est ultrasecret. Mais il faudra aller le voir. C’est un film qui changera votre vie!

À ce point?
Vous n’avez pas idée.


Macbeth
En salle dès vendredi

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!