Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums des artistes variés de Pops culture, Karim Ouellet, Dead Obies et Stefie Shock.

Hommage réussi
Dans la rue – Artistes variés
Pops culture
Note:

Cet album en hommage au père Emmett Johns, dit «Pops», qui a fondé l’organisme Dans la rue, ne pourrait pas être plus adéquat. On s’étonne du professionnalisme des jeunes qui ont écrit, composé et chanté les pièces accrocheuses qu’on retrouve sur cet album. Leurs paroles, racontant avec beaucoup d’honnêteté la vie dans la rue, sont mises en valeur dans des chansons rock, rap et pop, en collaboration avec des artistes bien connus. Chaque morceau est un coup de cœur assuré. Offert en magasin, ou en ligne au danslarue.bandcamp.com, pour 5 $.
– Virginie Landry

Printanier
Karim Ouellet
Trente
Note:

Léger et coloré, le troisième album de Karim Ouellet est un prélude au printemps. S’il nous a habitués à de savoureux mélanges de rythmes pop, folk, hip-pop et reggae, il ajoute cette fois-ci à sa recette des sons électros rappelant ceux des jeux vidéo (Cœur gros). Le tout évolue délicatement, telle une chrysalide qui devient papillon. Trente souligne la nouvelle décennie qu’a entamée en décembre 2014 le chanteur, lequel n’a rien perdu de sa délicate plume et de ses rimes subtiles et percutantes. À mettre tous les matins en attendant le soleil!
–Anicée Lejeune

La totale
Dead Obies
Gesamtkunstwerk
Note:

Vous êtes-vous déjà demandé, dans un concert, pourquoi l’artiste ne sortait pas autant de ses canevas sur disque? Gesamtkunstwerk, c’est ça. C’est sortir du cadre. Ce n’est pas du Wagner, mais en enregistrant en concert son deuxième album, Dead Obies a pu s’en permettre beaucoup: vox-pop avec le public, groupe complet de musiciens, longues parties instrumentales… Le «dirty south» domine toujours – avec de l’Auto-Tune et des gros beats électros –, mais la créativité collective que suscite un concert fait qu’on s’en écarte assez souvent, ce qui donne une belle variété au tout.
– Dominique Cambron-Goulet

Avec goût
Stefie Shock
12 belles dans la peau
Note:

Stefie Shock a souvent été comparé à Serge Gainsbourg, et il se glisse avec naturel dans l’univers de celui-ci en reprenant 12 pièces de ce grand de la chanson française, en duo avec la crème des artistes féminines d’ici. Se prêtent au jeu des musiciennes, mais aussi des comédiennes – Anne Dorval, Évelyne Brochu et Pascale Bussières, parfaite pour un sulfureux L’hôtel particulier. Tout en restant fidèle aux arrangements originaux, Shock et ses comparses y injectent leur personnalité. Nos coups de cœurs : Ford Mustang avec Suzie McLove et Sous le soleil exactement avec Marie-Pierre Arthur.
– Jessica Émond-Ferrat

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!