Getty Un artiste avec qui Alessia Cara rêverait de collaborer? «Ed Sheeran!»

Attendue ce dimanche à la cérémonie des Juno où elle présentera un numéro, Alessia Cara y est notamment en nomination comme Révélation de l’année.

Here, l’anti-hymne à la fête d’Alessia Cara, était sans contredit la chanson la plus ironiquement cool de l’été dernier – et a valu à la chanteuse canadienne de se retrouver dans le top 25 des meilleures chansons 2015 du magazine Rolling Stone.

L’auteure-compositrice-interprète torontoise de 19 ans, née Alessia Caracciolo, a été découverte grâce à ses covers diffusés sur YouTube, et une série de succès l’a menée à la sortie en novembre de son premier album studio, Know-It-All. Métro s’est entretenu avec elle.

Vous avez commencé à utiliser YouTube pour surmonter votre timidité, et maintenant vous vous produisez chaque soir devant des foules monstre. Comment trouvez-vous ça?
Les vidéos en ligne m’ont aidée parce que je voulais faire de la musique, mais j’étais trop gênée. Je ne me faisais pas confiance. Ça m’a permis de traverser cette période étrange, parce que je chantais malgré tout pour que des gens m’entendent, mais sans avoir à les voir en train de m’écouter. Ça m’a aidée à abattre ce mur derrière lequel je me cachais.

Avez-vous encore le trac, parfois?
Oui, mais c’est de la nervosité, alors qu’avant, j’avais carrément peur.

Sentez-vous que vous devez être fidèle au rôle de la «solitaire» ou de «l’antisociale» que vous mettez en scène dans Here?
Je n’ai jamais prétendu être comme ça, vous savez? Je crois que les gens ont tenu pour acquis, à cause de Here, que j’étais une «pessimiste antisociale», comme je dis dans la chanson. Mais je crois que les gens ne prêtent pas vraiment attention aux paroles et n’entendent pas vraiment ce que j’essaie de dire. Je ne crois pas avoir déjà été antisociale, ce n’est tout simplement pas dans ma personnalité.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu pour faire face à l’industrie de la musique jusqu’à présent?
Il vient sans doute de mes parents, qui m’ont toujours dit de prendre les choses une journée à la fois plutôt que de regarder trop loin, trop vite. M’en souvenir chaque jour m’a fait beaucoup de bien.

Est-ce que quelqu’un de votre famille fait la tournée avec vous?
Mon père voyage avec moi, ma mère aussi parfois quand elle en a l’occasion. J’ai toujours un de mes parents avec moi, et je crois que c’est bien d’être accompagné d’un proche qui s’assure que tout va bien, surtout quand on est jeune.

Qu’aimeriez-vous que les gens sachent à propos de la célébrité acquise grâce à YouTube?
Je crois que les gens pensent que ceux qui sont devenus célèbres grâce au web ont atteint la gloire en une nuit et qu’ils n’ont aucune crédibilité. Je ne crois pas que ce soit le cas, parce que ça prend beaucoup de temps avant de se rendre là. Moi, par exemple, j’ai mis des vidéos en ligne pendant trois ans avant qu’elles soient remarquées, et elles ne sont jamais devenues virales. Les gens s’imaginent que ça arrive rapidement, mais ça prend du temps et du travail. Le succès ne sort pas de nulle part.

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!