Alain arbibe / Collaboration spéciale Martin Gray

L’écrivain franco-américain Martin Gray, survivant du ghetto de Varsovie et auteur du best-seller Au nom de tous les miens, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à Ciney, dans le sud de la Belgique. Il allait fêter son 94e anniversaire.

Il a été retrouvé «dans la piscine de sa seconde résidence à Ciney. Le médecin légiste n’a relevé aucun élément suspect», a précisé un porte-parole du parquet de Namur en confirmant la mort de l’écrivain né à Varsovie le 27 avril 1922.

Martin Gray a publié une douzaine d’œuvres au cours de sa vie, dont Les forces de la vie, La prière de l’enfant et J’écris aux hommes de demain. Le plus célèbre de ses livres reste Au nom de tous les miens.

Disparition d’un grand monsieur
«C’est un grand monsieur qui disparaît, surtout en raison des témoignages qu’il a apportés sur sa vie. C’est un exemple pour la jeunesse», a déclaré le bourgmestre de Ciney, Jean-Marie Cheffert. Martin Gray avait été fait «citoyen d’honneur» de la ville en 2013. Il partageait son temps depuis 2012 entre cette petite communauté et la commune bruxelloise d’Uccle.

Martin Gray est surtout connu pour son best-seller autobiographique sorti en 1971, Au nom de tous les miens, rédigé avec Max Gallo. Dans ce livre, il raconte notamment son expérience du ghetto de Varsovie et son évasion du camp d’extermination de Treblinka avant de rejoindre l’armée soviétique en 1944.

En octobre 1970, cet ancien antiquaire avait vu son épouse Dina et leurs quatre enfants périr dans l’incendie de leur maison dans le Var, en France. Il avait créé peu après une fondation Dina Gray, puis un centre international de jeunesse baptisé Arche du futur, pour rendre hommage à sa première épouse. Le livre, objet de polémiques, car certains passages auraient été romancés, avait été adapté en téléfilm en 1985, avec notamment l’actrice Brigitte Fossey dans le rôle de Dina Gray.

Aussi dans Culture :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!