Pascal Dumont /Collaboration spéciale Britt Dash, Inga Knoth, Ariel De Roo et Lar Vi, qui forment la troupe montréalaise GROSS!, et qui se produiront jeudi au Théâtre Sainte-Catherine à 20 h dans le cadre du Women in Comedy Night.​​

Depuis 11 ans, le Sketchfest de Montréal met de l’avant «ce truc vraiment joyeux et collaboratif, où tout le monde se rassemble pour avoir du fun» qu’est l’art du sketch. Avec passion et bonne humeur, Erin Hall, directrice du festival, et Deirdre Trudeau, coorganisatrice, nous disent pourquoi c’est l’événement le plus sympa, amusant et sauté du moment.

Avis aux amateurs d’humour: jusqu’à samedi, des troupes venues d’un peu partout en Amérique du Nord sont en ville pour présenter des saynètes comiques délirantes dans le cadre du Sketchfest.

Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec cette forme artistique, disons qu’elle vogue quelque part entre le stand-up, le théâtre et l’impro. «Il y a des festivals du genre partout à travers le monde, souligne la directrice de l’édition montréalaise, Erin Hall. Il y en a un vraiment gros à Toronto, un gigantesque à San Francisco, un énorme à Chicago…»

Et, comme le remarque à son tour joyeusement sa collègue Deirdre Trudeau, la formule est de plus en plus prisée des humoristes et des improvisateurs. Les premiers «adoooorent ça, parce que ça leur permet de partager la scène avec d’autres gens, ce qui n’est pas possible quand ils font du stand-up», et les seconds en sont friands «parce qu’ils peuvent répéter leurs gags à l’avance et travailler leurs textes, ce qu’ils ne font pas habituellement en impro.» Envie d’y aller? On vous comprend.

Pour quelqu’un qui ne connaît pas votre festival, vous le décririez comment?
Erin: Beaucoup de gens ont employé le terme «électrique». Et je trouve qu’il résume parfaitement l’ambiance! Tout le monde est vraiment heureux, a envie de faire le party, de rire, de célébrer…
Deirdre: Habituellement, quand des néophytes viennent voir un spectacle au Sketchfest, ils sont stupéfaits et surpris. La plupart s’attendent à une ambiance de one man show. Mais c’est très différent! C’est énergique, vivant, et il FAUT VOIR ÇA EN LIVE!

Est-ce que le public est incorporé dans les sketchs? Est-ce un art interactif?
Erin: Ça dépend des troupes! Il y en a quelques-unes qui se mêlent aux spectateurs. Mais la plupart ont créé une performance, et la seule participation qu’elles espèrent de la part des gens, c’est… leurs rires!
Deirdre: On a déjà vu des troupes faire des gros câlins collectifs avec le public ou des trucs dans le genre, mais généralement, c’est vraiment un spectacle. Quoique… Ce vendredi, à 21 h [à l’église Saint John the Evangelist], il y a un show intitulé Get Real, de l’incroyable troupe new-yorkaise Bridge & Tunnel. Les membres s’inspirent des histoires d’un conteur de la scène locale, Al Lafrance, pour les transformer en sketchs. On pourrait donc dire que c’est une façon d’être «interactif», j’imagine! (Rires)

Art Sketchfest Deirdre Trudeau et Erin Hall crédit Kathy Slamen
Deirdre Trudeau et Erin Hall / Photo : Kathy Slamen

Qu’est-ce qui fait un bon sketch selon vos critères de pros?
Deirdre: Oh God! Ça dépend vraiment des goûts. Il y a une telle variété! Certaines troupes s’appuient sur des scénarios très écrits, d’autres sont très physiques, d’autres sont plus blagueuses et clownesques, d’autres encore sont plus sérieuses et ont un humour pince-sans-rire. Il y en a même qui proposent de la comédie musicale!
Erin: Personnellement, j’adore les trucs vraiment loufoques. Et il y en a beaucoup! Mais il y a aussi des artistes qui font des blagues très intellos. Ou très nerd. L’art du sketch est vraiment ouvert et vaste!

Qu’est-ce qui vous a donné envie de le mettre à l’avant, cet art, pour une 11e édition?
Deirdre: C’est teeeellement merveilleux de voir ça sur scène. C’est très difficile à rendre sur vidéo ou sur support audio. C’est une énergie hallucinante! Sans oublier ces artistes étrangers qui débarquent en ville pour présenter leurs œuvres aux Montréalais… C’est une occasion incroyable. On a déjà eu des troupes de la Nouvelle-Zélande, de l’Écosse… En plus, il y a énormément de talent sur la scène locale!
Erin: Et c’est un talent phénoménal! Cette année, on a la meilleure édition en ce qui a trait aux artistes d’ici. Haut la main!

«Il y a des gens de l’extérieur de Montréal qui attendent impatiemment le Sketchfest chaque année. Pour eux, c’est comme un pèlerinage!» –Erin Hall, directrice du festival

Est-ce en raison d’un boom sur la scène montréalaise? Le sketch connaît-il une heure de gloire?
Deirdre: J’ai remarqué une chose sur la scène humoristique d’ici et d’ailleurs : il y a de moins en moins de frontières entre les différentes formes d’humour. Les barrières tombent!

Principalement au Théâtre Sainte-Catherine, jusqu’à samedi
montrealsketchfest.com

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!