20th Century Fox Jennifer Lawrence, Rose Byrne, James McAvoy, Tye Sheridan et Nicholas Hoult dans une scène de X-Men : Apocalypse. Dans ce film tourné l’an dernier à Montréal, les X-Men doivent faire front commun contre le plan d’extinction d’Apocalypse (Oscar Isaac), le premier mutant du monde.

L’acteur écossais James McAvoy reprend le rôle du Professeur Xavier face à Jennifer Lawrence et Michael Fassbender dans X-Men: Apocalypse, qui a été tourné à Montréal sous la houlette de Bryan Singer.

Même s’il est arrivé au terme de son premier contrat en ce qui concerne la saga X-Men, James McAvoy se verrait bien jouer à nouveau les mutants télépathes. Métro l’a rencontré pour parler du dernier volet de la franchise.

En quoi ce nouvel épisode va-t-il nous surprendre?
C’est le meilleur de la franchise. Les enjeux sont plus importants: dans les autres films, les X-Men se battaient surtout contre les préjugés et les persécutions dont ils étaient victimes. Ici, l’ennemi n’en veut pas qu’aux mutants, mais au monde entier.

Avez-vous, comme votre personnage, joué les profs avec les jeunes acteurs qui ont débarqué sur le plateau pour ce film?
Surtout pas! Je ne crois d’ailleurs pas qu’on puisse apprendre à quelqu’un à jouer. Et surtout, ils n’avaient pas besoin de moi. Malgré leur jeune âge, ils étaient tous très expérimentés. J’ai sans doute plus à apprendre d’eux que l’inverse.

Et vous, comment avez-vous appris votre métier?
En l’exerçant. En trois ans d’école d’art dramatique, j’ai joué plus de rôles que dans ma carrière professionnelle. J’ai dû faire 20 pièces du répertoire classique et des dizaines de textes modernes dans de petites salles avec des troupes. Il n’y a pas mieux pour apprendre que de passer sa vie sur scène.

«Je n’avais déjà pas à me plaindre avant, mais, depuis X-Men, je sais que, tous les deux ans, j’ai un blockbuster à l’agenda. Ce qui, le reste du temps, me permet de me consacrer à des films plus “modestes”, dont le succès en salle n’est pas garanti.» –James McAvoy, vu notamment dans Trance et Filth ces dernières années

Ce X-Men est-il votre dernier?
Je ne sais pas. Si c’est le cas, ça m’attristera. Mais je suis aussi très fier de tout ce que nous avons exploré au fil des films. Cela dit, je serais ravi que l’aventure continue.

Un spin-off sur le Professeur Xavier est-il envisageable?
C’est peu probable: le professeur ne travaille qu’avec les autres mutants, au sein de son académie. Ses histoires impliquent forcément les autres; je ne vois pas trop ce qu’il pourrait accomplir seul. Mais ça pourrait être amusant.

Jennifer Lawrence se bat pour l’égalité des salaires hommes-femmes à Hollywood. Votre femme est aussi actrice: vous vous sentez concerné?
Bien sûr! Quand je joue avec une actrice, je ne demande pas à être payé davantage qu’elle et je ne me plains pas si son salaire est supérieur au mien. Et je vous assure que ça arrive très fréquemment.

X-Men: Apocalypse
En salle dès vendredi

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!