Chantal Levesque/Métro «Le mal-être vient du fait qu’on n’est pas en accord avec soi-même», croit Oxmo Puccino.

Entre les influences de Jacques Brown et de James Brel, à moins que ce soit l’inverse, le rappeur Oxmo Puccino devrait nous faire passer une soirée mémorable.

«Donc, pour résumer, nous assisterons à une soirée très funk inspirée de l’œuvre de James Brown sur le plan musical, et très poétique, inspirée de celles de Brel, Ferré et Aznavour, sur le plan textuel», lance-t-on avant de quitter le salon de l’hôtel où vient de dérouler l’entrevue avec le sympathique rappeur français Oxmo Puccino. «Oui, c’est parfaitement ça», sourit le quadragénaire avec qui on a discuté de son amour pour la chanson française, de sa découverte du hip-hop pendant la grande époque de IAM et, notamment, de spiritualité et de quête de soi, le tout en un peu moins d’une demi-heure.

Entrevue qui s’était amorcée en parlant d’une ligne particulièrement forte tirée de son sixième et plus récent chapitre, intitulé Roi sans carrosse. «On fait ce qu’on peut, nul n’est parfait, je suis heureux du mal que je n’ai pas fait.»

Excellente façon d’appréhender les choses de la vie plutôt que de geindre sans cesse au sujet de ce qui nous manque ou de ce que nous aurions dû faire. «Je trouve que c’est une façon concrète, sans tomber dans l’autosatisfaction, d’être positif envers soi-même, parce que le bien qu’on pense faire est toujours très subjectif, mais le mal qu’on ne fait pas, lui, demeure très concret», souligne avec philosophie le rappeur surnommé Ox, qui a découvert assez tardivement ses talents d’auteur, soit vers l’âge de 20 ans.

«La musique est ma passion, et l’écriture, ma vocation», affirme-t-il, en soulignant que les gens n’ont pas idée de l’endroit où les mots peuvent mener. Pour illustrer ses propos, il évoque le fait que cette entrevue est en train de se produire simplement parce qu’un jour il a griffonné des choses sur un bout de papier pendant un trajet en métro.

«Je suis heureux d’avoir pris un train qui, au cours de son voyage, a fini par devenir gigantesque.» –Oxmo Puccino

Pourquoi a-t-il choisi le rap comme véhicule pour sa prose? Tout simplement parce que c’était le train de son époque. Et ce, en dépit du fait que ce genre n’était pas encore véritablement considéré comme de la musique. Mais il aurait tout aussi bien pu jeter son dévolu sur le jazz ou le rock. C’est qu’il n’est pas formaté, Ox. Très vite, il a refusé de faire dans le cliché bling-bling du rap et, encore récemment, il présentait des spectacles en formule manouche-jazz.

Et pour revenir aux Brel, Ferré et consorts, est-ce que ce sont eux qui lui ont donné le goût d’écrire? «Non, le goût d’écrire, je l’ai toujours eu, car j’ai toujours aimé lire. Ils me l’ont plutôt confirmé.» À propos de la grandeur intimidante de ces modèles, Oxmo, toujours philosophe, avance : «J’ai la chance d’être de mon époque. Si Bach, Mozart ou Ravel avaient eu des synthétiseurs, ils auraient fait autre chose. Or, nous, nous les avons, ces synthétiseurs. Ce que l’artiste a pour lui et que ne possédaient pas ses modèles, c’est l’époque dans laquelle il peaufine sa création. Cela lui donne une particularité, quelle que soit sa qualité.» Entre Brel et Brown, Oxmo trace son destin. Et un peu le nôtre, aussi.

Oxmo Puccino
Au Métropolis samedi à 21 h

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!