Chantal Levesque/Métro Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant

Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant ont passé la soirée à se dévorer des yeux en offrant leur sympathique spectacle Complicité volontaire.

«Je te mangerais», a d’ailleurs lancé au bout de quelques minutes à peine le chanteur à sa douce moitié.

C’est beau, l’amour, pour ce gentil petit couple qui fait du cinéma (Borderline), de la télévision (au secours de Béatrice), du théâtre (Midsummer) et maintenant de la musique ensemble. Il était membre des Batteux-Slaques, elle était le visage de Caïman Fu, et ils forment dorénavant un duo folk-country décalé et sans prétention qui est heureux d’être content.

Accompagné d’un musicien «trouvé sur Kijiji» selon Brillant, la formation vise la légèreté avec ses accords simples et ses mélodies dépouillées. Devant la voix aérienne de madame, celle plus profonde de monsieur ne peut que s’incliner. Surtout lorsqu’ils chantent à l’unisson.

Les amoureux ne sont pourtant pas aussi parfaits qu’ils le laissent paraître. Il y a eu des (fausses) engueulades dès le départ, un manque de communication après la radieuse pièce Je suis belle et une crise de jalousie de Blais à propos de la magnifique Justine.

«Merci aux FrancoFolies de nous avoir invités, même si on est des acteurs-chanteurs.» –Pierre-Luc Brillant

L’humour pince-sans-rire coulait à flots, et s’il n’était pas exemplaire (pourquoi un gag sur Bruxelles qui explose et un extraterrestre transgenre?), il avait le mérite de détendre l’atmosphère. La foule réunie en grand nombre se laissait attendrir par des mélodies de bouches collantes sur un banana split, de gueule de bois, de morts-vivants dans le char et d’une reprise d’Evangeline Acadian Queen d’Angèle Arsenault, même si elle n’a pu suivre une chanson à répondre.

«Ça fait toujours ça dans les shows gratis : les gens ne sont pas concentrés», se moquait un Pierre-Luc Brillant en grande forme.

Sa meilleure? Une blague ironique décrochée au principal et omniprésent commanditaire de bière (le placement de produits était horripilant!) qui «a fait son 5 à 7 pendant notre spectacle». En effet, durant la moitié de leur prestation, le brouhaha venant d’une zone réservée empiétait grandement sur l’intimité du duo qui ne demandait qu’à tisser son cocon. Un sérieux manque de respect.

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!