Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Kaleo, Tegan and Sara, Bertrand Belin, Brad Meldhau Trio, Rust Eden et Lady For You

Eh ben blues
Kaleo
A/B
Note:

En glissant ce second album des Islandais Kaleo dans notre lecteur, on s’attendait à un son à la mode de leur terre natale : folk, douceur, glockenspiel. Mais avec leurs guits pesantes, leurs passes a cappella et leurs complaintes viscérales où il est question de diable qui se pointe, salut, pour nous libérer l’âme, les musiciens aux noms magnifiques se terminant presque tous en «sson» semblent avoir grandi sur les rives du Mississippi, s’abreuvant de bourbon et communiant quotidiennement à l’autel du blues. Supersson.
– Natalia Wysocka

Pop estivale
Tegan and Sara
Love You To Death
Note:

Les jumelles de l’Alberta assument le virage pop qu’elles avaient amorcé en 2013 avec Heartthrob. Ce huitième album studio permet au duo Tegan and Sara de s’approprier la pop des eighties avec 10 titres dansants. Elles abordent l’amour sous toutes ses formes, le tout sur des airs de synthé accrocheurs et des beats faciles mais rafraîchissants. Bien que court (30 minutes) et un brin générique, Love You To Death est bien ficelé et risque de jouer en boucle tout l’été. À écouter les fenêtres grandes ouvertes.
– Anicée Lejeune

Riche économie
Bertrand Belin
Cap Waller
Note:

Découvert il y a deux ans au concert d’ouverture des FrancoFolies, le Breton Bertrand Belin y est de retour avec son nouvel album enfin paru au Québec, Cap Waller. Le chanteur à la voix grave et feutrée s’y fait encore économe de mots et d’arrangements, mais le résultat n’en est pas moins riche et percutant. Ici, des rythmes électros, là, des sonorités funk, et surtout, partout, la voix traînante, la mélancolie à l’humour subtil et les répétitions hypnotiques. Sur la scène Loto-Québec vendredi soir à 20 h.
– Jessica Émond-Ferrat

Un trio au plus haut
Brad Mehldau Trio
Blues and Ballads
Note:

Il a fallu attendre quatre ans avant que le Brad Mehldau Trio livre un second album. L’attente nous a valu Blues and Ballads, fait de sept reprises de chansons allant de Charlie Parker jusqu’aux Beatles. Le pianiste remanie les œuvres avec sa touche habituelle, tissant de grandes envolées et des moments tout en retenue. Ainsi, And I Love Her, de Lennon et McCartney, passe de 3 à 9 minutes : c’est dire si l’artiste y met son grain de sel! Mais la délicatesse et le talent sont tels qu’on pardonne… et qu’on en redemande.
– Sébastien Tanguay

Tempête sonore
Rust Eden
Apartment Green
Note:

À la première écoute de cet «appartement vert», on n’était pas trop convaincu. Le son rock-rétro-prog-psychédélico-industriel n’était pas désagréable en soi, mais il y manquait un petit quelque chose d’accrocheur pour nos oreilles. Puis, au fil des écoutes, certains détails ont retenu notre attention :
des airs planants un peu space, des arrangements instrumentaux fignolés… Et on a mis sur repeat la chanson titre de ce deuxième album des Montréalais, qui évoque la mélancolie de Leonard Cohen.
– Marie-Lise Rousseau

Surprenant
Lady For You (L4Y)
EDM Evolution
Note:

Comme quoi l’habit ne fait pas le moine : si on n’était pas trop emballé par la couverture de l’album de L4Y (on pensait avoir affaire à de la musique pseudo électro pour ados), on a été très surprise en écoutant le premier opus de Lady For You. Le quatuor franco-québécois offre une musique électro-dance moderne avec ses beats entraînants et son violon énergique. Cela plaira cependant plus aux recrues de ce genre de musique qu’aux initiés.
– Virginie Landry

Aussi dans Culture :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!